Forum officiel RoMAccueilRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Gwendhël, Valkyrie d'Honneur

Aller en bas 
AuteurMessage
Gwendhël
Admin
avatar

Messages : 476
Date d'inscription : 22/08/2010
Age : 35
Localisation : Volcan Aotulia

MessageSujet: Gwendhël, Valkyrie d'Honneur   Mar 24 Aoû - 23:25

Jours et horaires de connexion :
Dès mi septembre, chaque soir de 19h00 à 00h00, avant je suis en vacances, donc fluctuant (parfois toute la journée, parfois pas du tout)



Nom : Gwendhël

Race : Elfe

Statut: Sœur cadette de Kyrjä (née de la même mère)

Einherjar : Zalaniel


Traits de caractère : Gwendhël a toujours été gourmande. Gourmande des délicieux Schounpkebls aux myrtilles que leur préparait leur aïeule, gourmande des récits qu'elle lui contait le soir auprès du feu commun du clan, gourmande des multiples découvertes de son enfance... Avidement friande de l'apprentissage du maniement des armes, de la chasse et puis, plus tard, la puberté passant la lavant de son innocence juvénile, tout autant que les enseignements de son statut Valkyrie prenaient corps pour elle, elle s'éveilla à la gourmandise de la chair. Le plaisir d'observer sans complexe le corps luisant des guerriers dans l'effort, entendre les râles de leur souffle tandis qu'ils s'entrainaient sans relâche sur les pantins de paille et de bois, de sentir la peur qu'ils arrivaient à faire naître dans le regard de leur ennemi...

Bien qu'elle soit consciente de son destin et qu'elle ait enfin trouvé son Einherjar, rien ne l'enchante plus que d'avoir à sa suite une cour d'hommes prêts à la servir et à tout faire pour s'attirer ses grâces. Il est vrai pourtant que la plupart de ces pauvres bougres ne demeureront toujours que des jouets à ses yeux mais malgré cette gourmandise, elle peut se montrer d'un sentimentalisme que Kyrjä qualifierait de faiblesse et de stupidité. La faute aux élans de son cœur, victime d'embrasements vifs et incontrôlés, l'entrainant souvent au delà de ce que son statut de Valkyrie lui autoriserait...

A des heures plus sombres ou plus sages, elle peut se renfermer, brusquement solitaire, passant du rire à un mutisme qui pourrait être inquiétant, qui pourtant ne l'est pas, ce seul besoin étant de l'isoler pour prendre son temps, son vrai besoin à elle plus que celui d'être la plus forte... dans ce monde ou tous semble courir après des bonheurs illusoires.

Particularité morale (facultatif) :

Gwendhël est très susceptible, se sentant depuis qu'elle est petite dans l'ombre de sa sœur, elle aura tendance à se vexer pour un rien. Mais après avoir été bouder toute seule, elle reviendra comme si de rien n'était.

Autre point, elle adore s'attarder sur des détails : regarder la forme d'un rocher ou d'un nuage, prendre le temps d'écouter les palabres des ivrognes ou des vieilles radoteuses, lire en détails chaque parchemin qu'on lui donne... Cela pourrait être pris pour une assiduité sans faille, sauf si cela ne lui faisait pas perdre un temps précieux dans ses classes d'armes. Mais ainsi va son rythme, tout va souvent trop vite pour elle !


Description physique :

Gwendhël fut dotée par la nature d'attributs féminins remarquables, une poitrine proéminente et joufflue qui ondule en un flux cadencée à chacun de ses mouvements qui contraste étonnamment avec la finesse générale de son corps élancé, à cela s'ajoute un minois plus qu'adorable avec de grands yeux en amandes et une paire de lèvres pulpeuses à rendre fou le plus saint des hommes.

D'autre part, Gwendhël est grande, très grande, tout comme sa sœur, tout comme sa mère, au point que la plupart des personnes qu'elle rencontre doivent se tordre le cou pour la regarder dans les yeux. Elle est habituée à observer les gens d'en haut, lorgnant sans scrupule les calvities naissantes, les cheveux encrassés, les nez trop longs ou les oreilles abîmées et elle aime plutôt ça, elle se sent tranquille là-haut, bien en sécurité, les gens ne lèvent pas souvent les yeux, trop absorbés à regarder leurs souliers allonger le pas en cadence.

Outre ce fait, Gwendhël a un odorat particulièrement développé et reconnaitra une personne à son parfum avant de se souvenir de son visage.

Particularité physique (facultatif) : Elle est allergique au Fungus sous toutes ses formes.







Dernière édition par Gwendhël le Mar 16 Nov - 9:35, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwendhël
Admin
avatar

Messages : 476
Date d'inscription : 22/08/2010
Age : 35
Localisation : Volcan Aotulia

MessageSujet: Re: Gwendhël, Valkyrie d'Honneur   Jeu 14 Oct - 16:19


Tout mon passé est empli de senteurs.

Comme si de mes souvenirs, il ne restait que cela, des parfums, des volutes, des fragrances, capables par leur diversité infinie et leur subtilité de retracer le tableau des scènes déchues de ce que j'ai vécu. Elles s'accordent, s'effacent, se mêlent, à la manière du ciel changeant, redessiné à l'infini par le voyage paresseux des cumulus. Brouillard diffus de cette mémoire volage, qui me ramène parfois, au hasard d'un chemin, d'une rencontre, plusieurs années en arrière.

Je me souviens avant tout de celle de ma grand mère ; comment l'oublier ?

Un mélange épicé, mi poivré mi suave, engourdissant d'une émanation sucré, presque écœurante de vanille, pigmenté de notes plus piquantes. Le reflet de ce qu'elle était à mes yeux ; douce, tendre et aimante, mais tout aussi solide et franche, vigoureuse et cinglante quand de nécessaire. Un rocher, une montagne immense, dans mon souvenir de petite fille, mais enrobé de mousse et de lichen verdoyant, moelleux et serti de cavités rocheuses où s'abriter.

Plutôt que des mots, je me souviens surtout des odeurs.

Et parmi celles que j’ai rencontrées et stockées dans mon Osmothèque privée, il en reste de bien mystérieuses qui ne se raccrochent à aucune réalité tangible mais représente bien quelque chose… Des odeurs prisonnières du Wyrd dont je comprendrais le sens un jour prochain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwendhël
Admin
avatar

Messages : 476
Date d'inscription : 22/08/2010
Age : 35
Localisation : Volcan Aotulia

MessageSujet: Re: Gwendhël, Valkyrie d'Honneur   Ven 15 Oct - 11:53

Souvenir (1)

Une forêt, il y avait une forêt.

En vérité, il y a toujours une forêt...
Le parfum piquant des ifs et, mi collant mi sucré comme du miel, des pommes de pin éventrées par les rongeurs. La glaciale humidité qui semblerait n'avoir aucune odeur, mais qui nous pénètre par tous les pores de la peau, au point d'être nettement discernée par un sixième sens ou les cinq tout à la fois. Et puis, le musc parfumé des bêtes alentours, le poil collé des bains de boue chauds... et par dessus tout ceci, comme se matérialisant sur un autre plan de conscience, le bruit de mes pas dans la neige, ce craquement distinctif de la couche opalescente qui cède, puis se tasse par pallier.

J'avance au hasard de cette forêt, je me laisse guider par mon instinct olfactif, mais je suis pressée, je le sens au fond de mes tripes, quelque chose me pousse à me dépêcher. Parfois mes jambes s'emballent et je me mets à courir, puis je reprends le contrôle et je ralentis, regarde autour de moi, respire... Elle doit être tout près, cette odeur, Orchidée du Crépuscule, je la sens parfois qui me parvient en volutes diffus, mais elle n'est ni plus agile ni plus courageuse, ni plus maligne ni plus forte que moi, il n'y a aucune raison que je ne sois pas la meilleure à ce petit jeu sur lequel j'ai décidé d'entrer en concurrence avec elle.



Dernière édition par Gwendhël le Mer 17 Nov - 17:30, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwendhël
Admin
avatar

Messages : 476
Date d'inscription : 22/08/2010
Age : 35
Localisation : Volcan Aotulia

MessageSujet: Re: Gwendhël, Valkyrie d'Honneur   Dim 17 Oct - 17:36

~ L'ascension ~

La neige était partout, depuis des semaines que j'arpentais les régions gelées des hautes terres d'Ystra, de ce blanc immaculé omniprésent, glacial, froid qui vous pénétrait jusqu'à l'os. Je changeais de robe, de fourrures et de capes à mesure que mon expérience croissait, mais rien ne me semblait suffisant pour y faire face, je souffrais de plus en plus de ces températures extrêmes, loin de m'y accommoder, elles semblaient devenir plus rudes à mesure que le temps passait. Mais je ne faiblissais pas, refusant de succomber à cette agression quotidienne, parfois plus douloureuse que les assauts des créatures que je combattais sans relâche. J'avais une mission, de par ma naissance, mon Wyrd était tracé et me guidait sur le chemin que je n'avais pas choisi. Mais pourtant, je l'avais accepté, je dirais même que j'avais fini par l'apprécier, en tirant une fierté non dissimulée, malgré les rudesses qu'entrainait ma condition de Valkyrie.

Deux objectifs ultimes nous avaient été dessinés ; La quête de notre Einherjar et l'Ascension, ce jour béni où enfin, récompensées de nos efforts, Odin poserait sur nous sa main divine et nous ferait don de ses ailes... Celles qui le jour du Ragnarök nous permettrait de nous élever pour le rejoindre au Walhalla et satisfaire à ses exigences jusqu'au renouveau du monde. Assidue dans mon devoir, je n'avais eu de cesse de guetter à l'horizon l'avènement de ces heures glorieuses.

Cela faisait des mois que le clan des Valkyries avaient été reconstruit, et des années que je m'entrainais avec engouement et courage, sans perdre de vue, jamais, les buts qu'on m'avait assignés. Je suivais ma soeur Kyrja, comme je l'avais toujours fait, depuis mon enfance et elle nous conduisait avec une dignité dont je n'étais parfois pas capable. Même si je ne l'avouais pas, j'éprouvais pour elle une grande estime et un profond respect, pour tout le travail qu'elle accomplissait.



Je parcours les terres enneigés pour la énième journée, emmitouflée dans une nouvelle robe épaisse de velours bleu, les plaines s'étendent jusqu'à l'horizon autour de moi, piquées de ça de là d'arbres maigres et décharnés, attaqués par le froid éternel. Qu'ai je donc été missionnée d'accomplir aujourd'hui ? Atteindre l'Autel Mystique, là à la cime du mont Corneneige, au delà du village minotaure. Cette mission est ardue, déjà la veille, j'ai défailli suite à mes blessures. Mais une fois pansées, je remontais sur Loki, le fidèle étalon, noir de jais, dont m'a fait don Zalaniel, mon Einherjar. Combien de fois ai je fait cela ? Blessée à en pleurer, à en perdre conscience, perdre pied avec la réalité de ce monde, puis rouvrir les yeux, revenir de nouveau, et repartir au front jusqu'à enfin achever ce pour quoi on m'avait engagée ? Je ne les compte plus. Et toujours le ferais je, sans jamais abandonner.

Je chevauche inlassablement, les sabots de Loki s'enfonçant dans la neige durcie par le froid, craquant à chaque élan, je suis attentive, prête à dégainer mon arbalète, mais soudain, quelque chose d'étrange se passe... Rien pourtant n'a vraiment changé et tout semble différent. Une sourde oppression s'empare de mon coeur, progressivement, la tension descend jusqu'à me pétrifier jusqu'aux tréfonds des tripes, je ne peux plus rien faire, ni stopper Loki, ni le faire accélérer. Et comme s'il avait senti lui aussi cette onde mystérieuse qui semble avoir pris possession du monde qui nous entoure, il passe doucement du trot au pas, pour finalement s'arrêter. Mes doigts restent crispés sur les rênes et je regarde, inquiète, autour de nous.

Le silence s'est fait maître de toute chose.
Certes la neige et les paysages d'Ystra ont ce don d'absorber les bruits et d'étouffer les cris mais là... c'est autre chose. De ce silence qui n'appartient qu'au Néant et qui vous fait réaliser que vous êtes peut etre la dernière chose vivant sur Taborea. Je guette, le chant d'un oiseau, le ruminement d'un renne, le grognement d'un Berhu, mais rien, rien.Tout a disparu.

En me faisant violence, je saute finalement de cheval.
Mes bottes en heurtant le sol ne font pas non plus le moindre son. Je suffoquerais presque. Rien ne bouge autour. Un regard vers mon destrier, je plonge dans ses yeux.... Impensable ; lui non plus ne donne plus le moindre signe de vie, comme s'il avait été changé en statue...

Je m'écarte de quelques pas, la panique est sur le point de s'emparer de moi, mon souffle s'accélère.

C'est alors que soudain, j'entends comme un chant céleste, impossible à décrire ni à définir, instruments à cordes, flutes, voix ? Tout ça à la fois ?... Et la lumière qui soudain s'intensifie, le blanc de la neige devenant peu à peu si éblouissant que je dois me protéger les yeux de ma main gantée et curieusement, au paroxysme de mon désarroi, je ressens soudain un profond calme, une paix intérieure comme jamais je n'en ai connu.

Je ferme les yeux, mes bras s'abaissent doucement le long de mon corps, je lève la tête vers le ciel.

Cette sensation ensuite, inqualifiable, juste la douceur, comme soudain enveloppée dans la chaleur du ventre maternel, à l'abri, aimée et protégée, et cette impression que quelque chose de plus existe en moi. Je ne comprends pas, cela m'importe peu, je me laisse aller...

Et puis tout cesse aussi vite que cela s'est produit.
J'ouvre de nouveau les yeux. La neige, les arbres, le froid. Un regard sur ma droite, Loki hennit doucement et souffle par les naseaux en secouant la tête, mais...!
D'un geste impatient, mes doigts viennent chasser quelque chose qui vient me chatouiller la joue.

Je me sens étrange, et normale tout à la fois. Que s'est il passé ?

Oh, encore ce truc qui me chatouille ! D'un geste vif, je saisis ce timide agresseur et ...

"- Aïïe !"

Je tourne les yeux et observe ce dont s'est emparée ma main.
Des plumes ? Blanches comme la neige autour de moi. Je tire dessus et me tord le cou.

"- Des plumes ?"

Tout se fait clair en une seconde dans mon esprit.
Je lève les yeux vers le ciel, je sens l'univers basculer, le monde chavire, je perds pied...

Je tombe à genoux dans la neige et des larmes brulantes inondent mon visage. J'éclate de rire et je pleure en même temps. je pose les mains sur mon cœur puis les dirige vers les cieux.

Odin.... Odin enfin !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwendhël
Admin
avatar

Messages : 476
Date d'inscription : 22/08/2010
Age : 35
Localisation : Volcan Aotulia

MessageSujet: Re: Gwendhël, Valkyrie d'Honneur   Mer 17 Nov - 12:32



Le Premier Einherjar

~ Balbutiements ~


Elle l'avait toujours su au fond d'elle même...

Depuis ce premier jour où elle l'avait croisé dans la bourgade de Logar, tandis qu'elle flânait dans les ruelles, tombant soudain nez à nez avec lui, sentant, comme lui l'avait senti, qu'une chose étrange se passait...


Était ce visage ?... Était ce réellement ce même visage qu'elle avait vu en rêve la nuit précédente ?...

Il ôta son casque sans un mot, libérant la chevelure immense teintée de mauve, laissant les mèches retomber en cascade autour de ses yeux lavande, yeux qu'il posa sur elle avec douceur et curiosité.

Ce visage... par Odin ! C'est lui...

L'entretien fut silencieux, mais elle sut dès lors que ce serait lui, qu'il lui avait été désigné, puis envoyé...


Naturellement, il l'accompagna dans ses quêtes, comme s'il l'avait toujours connu, sans qu'aucune explication ne soit plus nécessaire, l'alchimie s'opérant d'elle même sans que rien ne la force. La Valkyrie se contenait, faisait taire cette voix en elle qui la poussait dans ses bras, se rapellait les conseils, les consignes....


"Prendre son temps, faire le bon choix..."

Mais elle le dévorait des yeux tandis qu'il combattait, s'enflammait dès qu'il s'approchait...
Elle ne le connaissait pas, mais elle savait... Quelle étrange sensation, alors.

Elle lui expliqua donc la tradition de son clan, lui conta cette quête immuable du guerrier ultime, sa vie de Valkyrie et ses espoirs. Il l'écouta avec attention, regard se croisant, se défaisant, s'absorbant, comprit sans savoir ou cela le conduirait réellement. Elle voulait qu'il devienne son Einherjar. Elle le voulait lui, plus qu'aucune autre chose alors.

Oh, elle douta bien sur. Mais tout en elle la poussait vers lui et elle ne pouvait faire taire cette voix.

Même les railleries de l'Héritière, même si cette dernière ne l'accompagna pas au bout de son Elevation, il gagna son titre de premier Einherjar.
Mais Einherjar... que lui avait elle expliqué au juste ?
Et qui était cette femme splendide qu'il lui présenta dans les rues de Varanas ?
Pourquoi avait elle préféré les laisser seuls ?...

Et pourquoi.... pourquoi lorsque, alertée par les réflexions jubilatoires de l'Héritière quant au fait qu'elle s'était, elle la petite soeur sans importance, certainement trompé sur ce vil séducteur, était elle revenue les espionner ?

Pourquoi avait elle eu cet atroce sentiment de trahison quand elle les avait aperçu au balcon d'une des demeures, les yeux dans les yeux, échangeant de doux mots ?

Pourquoi avait elle eu l'impression que son coeur se brisait en miettes quand elle le vit déposer un baiser sur ses lèvres, disant d'une voix tendre que la Valkyrie n'avait aucune importance, qu'elle ne voulait qu'un maître d'armes ?...

La colère alors, la rancoeur, la déception, contre lui, mais surtout contre elle même. Et son coeur brisé qui s'entourait soudain d'une carapace plus dure que l'acier des lames, où elle se promettait de ne plus jamais se montrer aussi faible, se disant finalement que les consignes avaient une raison d'être, que sa soeur avait toujours eu raison.... Que le devoir jamais ne devait se mêler aux sentiments.

C'est en enfermant profondément ses émotions au fond d'elle même pour que plus jamais elles ne puissent la trahir qu'elle rédigea le parchemin le libérant de son statut d'Einherjar, ou elle déversait avec une froide prose, tout son ressentiment à son égard.

Et elle continua sa route avec ses soeurs sans plus se soucier de lui.
Quelques jours plus tard, un pèlerinage devait la ramener sur ces terres natales pendant plusieurs semaines en compagnie de Kyrjä.


C'est à ce moment qu'il disparut...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwendhël
Admin
avatar

Messages : 476
Date d'inscription : 22/08/2010
Age : 35
Localisation : Volcan Aotulia

MessageSujet: Re: Gwendhël, Valkyrie d'Honneur   Jeu 18 Nov - 12:00


~ Solitude ~


La vie poursuivit son cours.

Arpentant les terres de Sourçargent, purifiantla vallée d'Aslan des viles créatures qui la peuplaient, apprenant au fil des batailles et des missions, forgeant sa maitrise de l'arc et développant ses pouvoirs druidiques, toujours en compagnie de ses soeurs, les seules qui lui restaient fidèles même dans le tourment, elle suivit le fil que cette vie lui avait tracé depuis enfant.

Valkyrie.
Voilà quel était son destin, elle ne devait plus s'en écarter. Elle devait accomplir sa tâche, conduire les guerriers méritant au Valhalla le jour de leur chute, et obtenir d'Odin cette grâce de l'Ascension.

Profiter des bienfaits de l'existence, boire à foison lors des fêtes avec ses soeurs, croquer et séduire les jouvenceaux appétissants, voilà ce qui la soulageait et ce dans quoi elle réussissait à oublier...

Oublier ce parchemin qu'elle avait écrit sous l'impulsion d'une folle émotion. Perdant de vue que les sentiments n'avaient pas leur place dans cette destinée de guerrière pour laquelle elle était faite, perdant l'Einherjar qu'elle avait trouvé... Oublier surtout à quel point elle regrettait ses mots, étalés là à l'encre noire, impossibles à effacer... Ses mots qui l'avaient fait fuir.

Dans les instants de solitude, elle repensait à lui, incapable de l'oublier.
Mais aux yeux de ses soeurs, elle dissimulait ses instants de faiblesse, pleine de honte de s'être faite abandonnée, trahie, humiliée. Jamais elle ne reparla de lui... enfin, c'est ce qu'elle s'était promis. Mais en vérité, quant la douleur se faisait trop présente, quand le voile de la tristesse envahissait ses yeux et qu'on la questionnait, elle ne pouvait s'empêcher d'évoquer cet homme...

Elle vit passer des guerriers, certains méritant sans doute aucun qu'elle leur porte attention, mais elle ne pouvait se résoudre à les accepter. Il restait là, lui ce chevalier perdu, tapi au fond d'elle sans qu'elle puisse le chasser de son coeur. La vie, malgré tout ce qu'elle lui apportait, semblait avoir perdu sa saveur, elle se contentait d'avancer, un pas devant l'autre, obéissant, suivant, accomplissant, faisant taire cette douleur lancinante qui la consumait de l'intérieur, n'existant que pour exister, vide et froide en dedans.


Au sud de la vallée d'Aslan, on lui confia une nouvelle mission.
La Nécropole des Miroirs.
Rien que le nom aurait du la faire frissonner, et pourtant, elle vit en cette quête l'issue qu'elle attendait. Peut etre était il temps de retourner auprès d'Odin, de mettre un terme à cette existence d'errance sans but. Elle était prête. Elle savait qu'elle n'avait pas encore la puissance nécessaire pour survivre à une telle épreuve et c'est l'âme comme soulagée d'un poids qu'elle y pénétra.

Par la curieuse volonté du Wyrd, elle survécut... pour à sa sortie, voir aterrir près d'elle un pigeon.

Un parchemin.

Signé de sa main....
Son coeur s'emballa et elle enfourcha l'étalon qu'il lui avait offert, galopant à travers bois pour le retrouver... Il était revenu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gwendhël, Valkyrie d'Honneur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Gwendhël, Valkyrie d'Honneur
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Tout honneur" & "Tout extrémité"
» LES CHAMPS D'HONNEUR
» Valkyrie pour tournoi?
» Valkyrie n°506
» Baroud d'Honneur de la Home Fleet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Archive des Valkyries (Runes of magic) :: Aux portes du Valhalla [ROLE PLAY OUVERT A TOUS] :: Présentation des personnages-
Sauter vers: