Forum officiel RoMAccueilRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Niemand (dite Myan) - Valkyrie Déchue

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Niemand

avatar

Messages : 165
Date d'inscription : 28/08/2010
Age : 29
Localisation : Probablement perdue quelque part...

MessageSujet: Niemand (dite Myan) - Valkyrie Déchue   Sam 28 Aoû - 19:34

Jours et horaires de connexion :
C'est assez aléatoire.
Pour l'instant, la semaine et le week-end, durant l'après-midi et/ou la soirée.

Nom : Niemand – Dite Myan

Race : Humaine

Classes : Chevalier/Éclaireur – Le choix n'est pas anodin... Niemand – initialement « chevalier »- tournait aux potions de vie et de mana. Elle a pensé apprendre le savoir des prêtres, mais cela n'aurait pas réglé le fait que son pouvoir s'épuise, au contraire. Alors, à la place, elle a décidé d'apprendre à tirer à l'arc afin que ses ennemis aient déjà perdus la moitié de leur vie en arrivant sur elle et qu'il ne lui reste plus qu'à les achever grâce à son bouclier et son épée. (Passionnant, je sais.)

Compétences d'artisanat : Niemand récolte tout ce qui a l'honneur d'attirer son regard, mais elle ignore toujours pourquoi elle le fait.

Résumé de sa vie : Fille d'Odin et d'une humaine, Niemand grandit dans un village pittoresque et paysan, sans se soucier plus qu'il n'était nécessaire de l'ordre du monde. Affublée d'une famille aimante et d'un jeune frère amusant (malgré lui), la vie lui parut aussi douce qu'elle puisse l'être, avec les aléas des récoltes et des saisons, les soucis d'hommes simples et le labeur obligatoire.

En réalité, le seul drame qui toucha jamais Niemand fut de comprendre la signification de son propre prénom... Refusant de s'appeler « Personne », qu'elle qu'en fut la langue, la jeune fille développa une véritable révolte envers cette injustice du destin, présumant qu'elle ne pourrait jamais être autre chose que « Personne », même pas « quelqu'un ».

Sa crise d'identité (et d'adolescence) la mena à un choix saugrenu mais qu'elle ne regrette pas, celui de défier le destin, de prendre les armes et de partir à l'assaut des dangers pour prouver son existence aux yeux des plus courageux et respectés. Afin de contrer la malédiction qui pourrait l'accompagner, l'enfant décida de prendre la liberté de ne donner aux curieux que son second prénom : Myaneyka – dite simplement Myan.

Si sa pauvre mère a songé un jour s'opposer à cette folie, elle renonça finalement à retenir son enfant. Pour cause, le second avait développé l'étrange lubie de devenir un mage puissant, ce qui -de son point de vue- était bien plus inquiétant. Niemand, au moins, avait opté pour une épée et un bouclier... Mais son fils ? Où pensait-il aller avec ses tenues ridicules et son abominable inconscience ?! Dans le sillage de sa sœur, pardi.

Description physique : Contrairement à la plupart des membres de sa famille, Niemand est petite. Véritablement petite, de son point de vue, vraiment vraiment trop petite... Pour quelqu'un qui a honoré la soupe toute son enfance, c'est incompréhensible. Et plutôt vexant. Son corps est proportionné en fonction de sa taille, ses mains sont fines, ses jambes agiles et sa poitrine, sans être plate, lui paraît suffisamment peu encombrante pour qu'elle ne soit jamais gênée pendant le combat... Bien, du moins, c'est ce qu'elle se répète lorsqu'elle remarque que -définitivement- sa croissance lui a même refusé une poitrine de déesse, généreuse et alléchante. De toutes façons, vous dira t-elle, sous la maille... Qu'en verra t-on ?

La seule fierté de Niemand est sa tignasse feu qui attire l'œil et dont elle peut faire ce qu'elle veut. Mais dont elle ne fait rien. Seulement des couettes.

Traits de caractère : Légèrement naïve et indubitablement gauche, Niemand collectionne les impairs et les étourderies, autant qu'elle succombe régulièrement à sa maladresse. Trop souvent flouée par les aventuriers qu'elle a croisé, elle tends à être méfiante à chaque rencontre. Considérant la vitesse avec laquelle sa naïveté reprends le dessus sur sa méfiance, Niemand s'entraîne régulièrement à grogner et montrer les dents devant les miroirs, dans l'espoir que toute mauvaise attention la fuit avant qu'elle ne soit dans la panade la plus complète. Ou simplement morte.

En dehors de ceci, la jeune fille est d'un bon vivant, elle s'amuse de tout et s'extasie à la moindre occasion. Elle est un peu lente à la réaction, également, mais ne dites pas que je vous l'ai dis...

Enfin, elle est particulièrement frustrée par son prénom et ne vous le donnera pas (pour lutter contre le destin, vous vous souvenez ?). Elle est forcément superstitieuse puisqu'elle est convaincue que la signification d'un prénom peut régir toute une vie. Cette attitude la pousse a accepter tous les défis et très souvent à risquer d'être blessée, cela dans le seul but de prouver que les idées préconçues ne fonctionneront jamais avec elle. Pour être « quelqu'un ». Le fait d'avoir souvent été abandonné au combat n'a fait que renforcer son sentiment de ne pas avoir assez travaillé à être ce mystérieux « quelqu'un » qu'elle souhaite tant être. Cela peut la rendre plutôt mauvaise, en particulier lorsqu'elle pense être victime d'une atteinte personnelle, d'une forte injustice.

Détails :

Quel est son mets préféré ? Les tomates. Elles lui apportent un souvenir de son enfance paisible, renforçant ainsi sa détermination à devenir quelqu'un.

Phobies ? Manies, tics et habitudes ? Niemand a pris l'habitude de se cacher avant d'attaquer, ce qui s'explique par son choix d'attaquer ses proies à l'arc puis de les achever avec son épée. Elle peut se cacher derrière n'importe quoi : rocher, arbre, brin d'herbe... ou tout bonnement derrière n'importe quel autre aventurier (s'il est bien positionné, elle ne voit pas pourquoi elle se gênerait).
Elle a la manie de sautiller, parfois sans raison apparente, juste pour se dégourdir les jambes (ou le cerveau). Ce besoin de bouger pour ne pas perdre en vigilance (et ne pas s'endormir, oui) la mène parfois à tourner autour de n'importe quel inconnu, sans nécessairement lui adresser la parole. Elle prétends que c'est un moyen de détourner l'attention de l'intrus pendant qu'elle l'observe et juge de ses intentions... Mais ce n'est pas vrai.

Ce qu’il aime/Ce qu’il n’aime pas ? Elle aime les histoires à dormir debout et les temps à dormir dehors, les bestioles hideuses et l'odeur du feu (mais ça, c'est certainement parce qu'elle a passé trop de temps à regarder son pauvre frère carboniser des kobolds). Elle n'apprécie pas les rustres, les embuscades, les sourires indulgents et l'affreux sens de l'humour des sangliers -ou bien serais-ce des porcs ?

Concernant ses connaissances : Niemand n'est pas très au point concernant les légendes, elle l'avoue, ni très au fait concernant les connaissances érudites, ce qui contribue en partie à sa naïveté. Elle ne s'en était jamais réellement soucié, en vérité, mais n'hésite pas à poser des questions, quitte à susciter de la gêne ou de l'agacement.

==

Voilà, je me suis lancée ! Je n'avais pas prévu d'écrire un pavé, surtout considérant son intérêt vers la fin (muahaha -hm). S'il y a des incohérences -graves ou non- là-dedans, faites m'en part que je puisse corriger/repenser celles-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyrjä
Admin
avatar

Messages : 588
Date d'inscription : 16/08/2010

MessageSujet: Re: Niemand (dite Myan) - Valkyrie Déchue   Lun 30 Aoû - 13:21

ça c'est une belle présentation ! J'hésite même à la passer en statut d'annonce pour montrer l'exemple XD.

Ayant un bref accès internet durant les vacances, j'en profite donc pour te souhaiter la bienvenue (sur le forum) et te rassurer sur un point qui semble t-il t'apparait obscure... La récolte.

Déjà je te rassure, l'intérêt de la chose me semble à cette heure presque aussi futile qu'à tes yeux. J'ai cependant eu l'occasion de creuser un peu plus la chose...

Les ressources servent dans un premier temps à tout les métiers d'artisanat. Seul hic, le produit de ces dits métiers semblent peut intéressant exception faite sans doute de alchimie et de la cuisine (je songe d'ailleurs à parfaire cet art pour vous faire des petits poissons grillés, déglacé à la bière et saupoudré d'amandes concassées.... Vous m'en direz des nouvelles !). En effet, selon les témoignages, la production d'une armure requière bien plus de temps et de patience que de dépouiller directement ses adversaires.

Les ressources peuvent servir également pour faire évoluer la guilde. Je connais encore assez peu le sujet, mais pour faire simple, disons qu'actuellement, les Valkyries sont de niveau 1 et qu'avec de l'or et des ressources, nous pourront la faire évoluer jusqu'au niveau 6 et gagner le droit de construire un château (toujours avec or et ressources). L'intérêt du château me semble encore assez limité sur un plan purement technique, mais ceci mis à part : C'est classe non ?

Troisième et dernier point, les ressources te permettont d'apprendre les capacités "élites". Je veillerais bien-sur à faire un post détaillé sur le sujet, mais en voici le résumé : Lorsque tes deux classes atteignent le niveau 15/15, tu as la possibilité d'apprendre ta première compétence d'élite. Pour cela, tu devras payer or et ressources. Tu peux donc dès à présent songer à stocker 36 bois de jesaispasquoi (Fréne ??), 36 herbes démoniaques et 36 minerais de zinc. Quand j'aurais un peu plus de temps, je te dirais quoi en faire...

Bon, sur ces mots, je crois que le soleil m'attend... sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://valhalla.guildealliance.com
Gwendhël
Admin
avatar

Messages : 476
Date d'inscription : 22/08/2010
Age : 35
Localisation : Volcan Aotulia

MessageSujet: Re: Niemand (dite Myan) - Valkyrie Déchue   Lun 30 Aoû - 13:24

Yeah Very Happy

Cette présentation, loin d'être truffée d'incohérence, est un juste reflet de ce que la gentille Myan nous a déjà donné de connaitre d'elle ; légèreté, fraicheur, drolerie...

Ce fut une très agréable surprise que de te lire. Je poursuis sur la lignée de ma soeur pour te souhaiter également la bienvenue dans notre quartier général...

D'ailleurs, à ce sujet..... La décoration des lieux te plait elle ? Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niemand

avatar

Messages : 165
Date d'inscription : 28/08/2010
Age : 29
Localisation : Probablement perdue quelque part...

MessageSujet: Re: Niemand (dite Myan) - Valkyrie Déchue   Lun 30 Aoû - 18:38

Hi, merci à toutes les deux pour l'accueil ! Je suis vraiment ravie que vous ayez passé un bon moment à lire cette présentation ! Very Happy c'est que c'est un peu stressant d'être dans les premières à sauter le pas !

Kyrjä, tu as tous mes remerciements pour ton explication sur les récoltes qui déjà m'éclaire un peu, j'avoue que j'en étais finalement à décider de me contenter de ramasser n'importe quoi et de faire des potions - parce que je suis la spécialiste quand il s'agit de boire des potions... héhéhé ! Je vais donc continuer à récolter de manière compulsive, au moins pour les compétences élites ! Very Happy

Ensuite, je le ferais pour la guilde, une fois que nous serons au point ! C'est un peu comme les runes de guilde... Je les collectionne par automatisme mais je n'ai pas compris comment elles s'utilisaient ! (On ne se demande plus pourquoi mon coffre et mon inventaire sont toujours pleins à craquer... je suis une collectionneuse tarée oO).

Pour la décoration des lieux, je dois dire que je suis sous le charme. Graphiquement, c'est très agréable et le ton beige/marron, outre renvoyer réellement à une taverne ou une atmosphère rustique, fait beaaaucoup de bien à mes pauvres yeux ! Mes félicitations, je l'adopte complètement Smile

Enfin, profite bien du soleil Kyrjä !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyrjä
Admin
avatar

Messages : 588
Date d'inscription : 16/08/2010

MessageSujet: Re: Niemand (dite Myan) - Valkyrie Déchue   Mer 1 Sep - 14:50

Aïe, ...
Je viens tout juste de me rendre compte qu'on ne t'avais ajouté à aucun groupe (en l'occurrence Valkyrie demi-sang) : Si bien que j'imagine que tu n'avais accès qu'à une partie des catégories du forum... La chose est à présent corrigé.

De façon général, si votre pseudo n'apparait pas en couleur, c'est qu'il y a un problème...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://valhalla.guildealliance.com
Niemand

avatar

Messages : 165
Date d'inscription : 28/08/2010
Age : 29
Localisation : Probablement perdue quelque part...

MessageSujet: Re: Niemand (dite Myan) - Valkyrie Déchue   Ven 22 Oct - 21:04

Ce mystérieux... PERSONNE


Le soleil décline sur la crête et Niemand – à l'abri dans sa petite bicoque sans prétention- se remémore. Sa rencontre avec les Valkyries avait été -dans les premiers temps- un tremplin. Elle l'admet. Niemand en était presque à croire qu'elle était destinée à continuer son chemin tantôt seule, tantôt avec son frère, à fuir les regards méprisants ou à dépouiller quelques cadavres cuits. Mais non. Il ne pouvait en être ainsi.
La jeune fille se souvint de la joie irraisonnée qui s'était emparée d'elle lors de ses premiers pas aux côtés de Dame Kyrjä et Dame Gwendhël. Ce moment, elle y repense avec détachement, elle-même surprise de s'être révélée aussi heureuse face à cet intérêt.

Petit à petit, pourtant...

Sa première déception avait été de remarquer à quel point son bouclier n'intéressait personne, de voir combien sa capacité à retenir les ennemis ne soulevait aucun intérêt particulier. Niemand songea d'abord que son manque d'expérience devait jouer en sa défaveur. Pourtant, aux côtés d'Autari... Mais enfin, ne faisaient-ils pas un duo incroyable ?! Combien d'infâmes avaient-ils déjà combattus tous deux, défiant la loi du nombre. Elle accrochant l'ennemi de son regard amusé et courageux, lui l'exterminant rapidement, avec talent.

Niemand posa son menton sur sa petite table ronde, fronçant les sourcils. Quand avait-elle exactement basculé dans l'ennui et la déception ? La réponse lui vint rapidement. Autari passait du temps chez les mages apprentis d'Insan... et les bêtes féroces qu'elle croisait manquaient désormais de cette senteur carbonisée qu'elle appréciait. Elle n'était plus utile à personne. En réalité, elle avait même renoncé dernièrement à donner son second prénom, se poignardant elle-même en se présentant comme « Niemand ». Comme « personne ».

Le décalage s'était fait rapidement sentir. Joviale, presque trop sautillante, cernée de toutes ces femmes fières et belles. Destinée à frapper sans conviction les ennemis – alors qu'elle même savait que là n'était pas son rôle. Petite dernière. Futile dernière... Odin pensait-il comme elle ? Était-elle digne de lui ? Combien d'efforts avait-elle fournie pour l'être, dressant comme un credo le devoir des Valkyries envers leur père, s'armant de la bravoure qu'elle pensait essentielle, jurant sur l'unité de son clan.

La jeune-fille serra les dents, lapidant de son regard bleu-ciel les fleurs fanant sur sa table. Elle était un chevalier, pardi ! Elle était porteuse de la lumière ! N'étais-ce pas ça le plus important ? De rayonner dans le combat. De combattre avec cette lumière, de se nourrir d'elle, d'en faire son étendard et sa foi.

Un sourire ennuyé se dessina sur ses lèvres. Qu'importe ce qu'aurait dû être le plus important, Niemand sentait l'ennui trop lourd. Le goût du combat l'avait effleuré à quelques reprises, mais bien moins souvent qu'elle l'aurait voulu. Le décor lui semblait fade, ce qui la poussait à rechercher les endroits les plus agréables, les plus insoupçonnés, prêtant son temps à la flânerie plutôt qu'à la bataille. Et pourtant, elle aimait tant se mouvoir avec souplesse, assommant ses adversaires, écrasant leurs sombres desseins sans remords.

La torpeur avait laissé place à un sentiment d'injustice et de rage, il y a peu, lorsqu'elle s'était surprise à grogner en direction d'un ours, un peu bestiale et stupide – croyant dur comme fer qu'il lui répondrait désormais qu'elle s'enlisait dans son territoire. Mais même lui n'avait pas réagit, se contentant de la snober avec indifférence.

Son retour bref à Varanas l'avait laissé pantelante. Tout ce monde. Dame Gwendhël et Dame Hystryane et leurs soucis dont elle n'avait même pas idée. Mais elle portait la lumière... Elle devait la partager. Alors pourquoi ce goût de cendre, comme si la dite lumière avait brûlé son palais ?

Niemand se leva, poussa la chaise plus loin et fit un tour d'horizon. Sa petite maison lui semblait vide. Pourtant, profitant d'être à Varanas, elle avait acheté de quoi l'aménager un peu. Elle s'était même habillée, coiffée, détendue, s'appropriant le lieu et changeant l'image qu'elle pouvait renvoyer.

Mais rien. Rien n'éloignait l'angoisse et la rage.

- Faites qu'Autari revienne bientôt. » Supplia la jeune fille en s'asseyant à même le tapis. « Il devrait apprécier le décor. » Un regard à son lit rose l'en dissuada. « Ou se moquer. Autari va se moquer de moi ! S'il voyait ce lit stupide et mes grimaces affreuses ! Il se moquerait tellement ! »

Cette idée fit fleurir un sourire, illumina son visage. Niemand se releva vivement et enfila sa cape, apportant peu d'importance au fait qu'elle n'avait pas sa tenue de chevalier. Il fallait qu'elle s'amuse. Elle ne pouvait pas rester là à étudier le plancher. Sa mère regretterait son attitude, l'enguirlanderait de la savoir si morose alors que tant de lumière demandait à jaillir. Et Autari se moquerait d'elle (avant de lui demander d'embrasser une grenouille dégoûtante... Et de lui remonter le moral.). Elle n'était pas née pour pleurer. Elle se devait de rire, de dévorer la vie, de défier les éléments et la raison.

- Ma pauvre fille ! Qu'est-ce que tu croyais ? » Niemand laissa passer un ricanement. « Que tu pourrais être autre chose qu'une... » Son regard s'assombrit. « … une gamine. » Une inspiration, brusque. « Je ne suis même pas capable de rester en place. »

La jeune fille refit ses couettes, sans grande attention, balaya une fois de plus la pièce du regard et s'enfuit par la porte d'entrée.

Lyk entendit toute la nuit les grognements d'une décérébrée -une humaine rampant sur la glace. Et lorsqu'un grognement d'ours lui répondit, Lyk et ses habitants l'entendirent rire. Pour cette nuit, elle serait un ours. Elle serait un animal, grognant et montrant les dents à la lune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwendhël
Admin
avatar

Messages : 476
Date d'inscription : 22/08/2010
Age : 35
Localisation : Volcan Aotulia

MessageSujet: Re: Niemand (dite Myan) - Valkyrie Déchue   Ven 22 Oct - 23:29

Gwendhël, cherchant celle qu'elle aimait à appeler sa "petite" Myan, pénétra une tente aux lourds rebords de peaux de rennes. Elle passa d'abord la tête, hélant l'obscurité, mais ne distinguant rien, fit quelques pas à l'intérieur. Peu à peu, ses yeux s'accoutumèrent à la demi pénombre et elle aperçut une petite table installée là, près d'un lit au pardessus rose. Elle sourit. Myan était la personne la plus touchante et la plus adorablement drôle qui lui avait été donné de connaitre. Elle s'approcha sans trop y penser, laissa glisser ses doigts sur le bois de la table.... et remarqua un journal qui y était resté ouvert.

Intrigué, elle le tourna en face d'elle et sans vraiment se rendre compte de la curiosité déplacée dont elle faisait preuve, commença à lire.

Les premiers mots avalés, elle ne put s'arrêter, le cœur se serrant de douleur.
Elle s'assit sans cesser de lire, les doigts crispés sur le parchemin des pages.

"Mais que se passe t-il petite sœur ? T'aurions nous négliger à ce point ?"

Elle poursuivit, les larmes lui venant presque aux yeux, un sentiment de culpabilité mêlé à une honte grandissante s'emparait d'elle.

"Et dire que je t'ai vu aujourd'hui... et la seule chose que j'ai faite, plutôt que de m'enquérir de tes nouvelles, c'est de m'apitoyer sur mon sort.... Quelle égoïste je suis !"

Gwendhël reposa le journal sur la table, abasourdie. Elle regarda autour d'elle, l'air un peu hagard.


- "Un seul bras armé.... Oui. J'avais peut être oublié... dans ma folle course à l'entrainement. Pardon, Myan..."


La Valkyrie demeura immobile sur la chaise ou elle avait pris place, à songer à tout ce que lui évoquait cette lecture innatendue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niemand

avatar

Messages : 165
Date d'inscription : 28/08/2010
Age : 29
Localisation : Probablement perdue quelque part...

MessageSujet: Re: Niemand (dite Myan) - Valkyrie Déchue   Sam 30 Oct - 12:20

Dans ce "truc de fille" - selon Autari- qu'est son journal, Niemand retrace son enfance décalée et amusante par épisodes. Le récit ne présente aucun intérêt, il faut l'avouer, mais - en soi- Niemand n'a pas de passé fantastique. Non ?

Dans dix ans, tu porteras encore tes affreuses couettes, mon enfant...


Une petite fille aux cheveux rouges, lâches et ébouriffés. Une autre, aux cheveux de feu également, plus courts et disciplinés. A côté d'elles, un petit garçon -plus jeune- aux cheveux d'un noir-corbeau étonnant.

A Berfast, petit bourg agricole et paysan, ce tableau semblait habituel. Ces trois enfants se quittaient rarement, au grand malheur des habitants qui savaient qu'ensemble les chérubins se transformaient en monstres de bêtise. La première s'appelait Niemand, elle était la fille des Blenks, son "père" se révélait être un fier guerrier, souvent au combat dans les terres les plus éloignées – mais Niemand le considérait plutôt comme l'homme qu'il était à la maison familiale, ce barbu bien bâti qui menait le troupeau comme personne. Sa mère apparaissait comme une belle et gentille femme aimante, préoccupée par ses enfants et ses tomates. Le garçon, plus petit, était son frère, Autari, et les habitants s'amusaient souvent de les voir toujours ensemble ou presque. L'autre gamine était la fille de Joe Flitch, le gérant de l'auberge de Berfast, un homme bon et amusant qui n'avait plus que sa fille et semblait prêt à vendre son âme pour elle, s'il le fallait. Niemand Blenks, Autari Blenks et Akamyss Flitch...

Cette présentation du trio faite, il est à noter que les habitants de Berfast, malgré un premier regard attendri, s'arrachaient régulièrement quelques touffes de cheveux à la vue de ce groupe de gamins. Pris séparément, ils étaient adorables – ou presque. Mais ensemble... Par tous les dieux, Berfast avait-il mérité ça ?

Sur le chemin de l'école, les trois enfants discutaient joyeusement, Akamyss attirant régulièrement leur attention sur un rocher, une plante quelconque ou une odeur particulière, au grand damne de ses compagnons qui n'en avaient rien à faire. Sitôt hors de vue de sa mère, Niemand avait une nouvelle fois détaché ses cheveux, les laissant pendre dans un désordre complet tandis qu'Autari faisait mine de s'extasier aux propos d'Akamyss.

- Madame Coals va encore être horrifié par tes cheveux. » S'interrompit brusquement Akamyss, lançant un regard désolé à sa compagne de douze ans. « Qu'est-ce que t'as à la fin contre les couettes ? »
- Ça tient pas quand je cours. » Expliqua vaguement Niemand. « Dépêchez-vous, on va être en retard. »
- Tu parles, Aka vient t'jours nous chercher plus tôt ! » Protesta Autari avec un faux air contrarié. « Qu'paraît qu'on est pas capable de s'presser itout. »
- Apprends à parler le mollusque et après tu pourras critiquer mes horaires ! » Railla la petite Flitch.
- Hey, il a que 9 ans dis ! Parle mieux à mon frère ! » S'emballa Niemand, contrariée. « Pis c'est toi qui nous fait traîner d'abord, avec toutes tes conneries de fleurs ! »

Akamyss croisa les bras, leva le menton et pris la pose. « T'verras dans dix ans... » Son air révérencieux fit pouffer les deux autres. « Mes fleurs sauveront ta pauvre vie ! »
- C'est ça... » Gloussa Niemand. « Et j'porterais des couettes ! Et Autari aura les ch'veux longs ! »

Akamyss haussa les épaules, sourde aux gloussements des deux autres décérébrés. Qui pouvait jurer que ce ne serait pas le cas ? Imaginer sa meilleure amie toujours affublée de couettes, même dix ans plus tard, la fit cependant rire. Ne serais-ce pas parfaitement ironique ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niemand

avatar

Messages : 165
Date d'inscription : 28/08/2010
Age : 29
Localisation : Probablement perdue quelque part...

MessageSujet: Re: Niemand (dite Myan) - Valkyrie Déchue   Sam 30 Oct - 12:25

La liste des règles, selon Autari

- Niemand, arrête de bouger. » Ordonnait pour la centième fois -au minimum- Madame Blenks, l'air prête à attacher sa fille à la chaise. « Tu ne peux pas te promener dans les rues avec des cheveux pareils. Sais-tu que le propre d'une Dame est d'avoir une belle coiffure ? »

Niemand s'en moquait. Elle savait qu'une fois dehors, elle ôterait encore ces affreuses couettes, à l'insu de sa mère.

- Et de beaux vêtements également. » Continuait sa mère. « Comme la jolie robe que tu portes. »

Et s'il y avait bien quelque chose qui ennuyait la gamine... c'était bien ces foutues robes ! Qu'elle massacrait par ailleurs tout au long de la journée.

- Une Dame ne sa bat pas avec ses camarades, sent la rosée... » Sa mère lui tira les cheveux. « Et écoute ce qu'on lui raconte ! »
- Oui m'man. » Lâcha enfin l'enfant, sachant déjà que la liste des règles allait lui être débitée, comme chaque matin.
- Une jeune-fille doit... » Sa mère s'interrompit et gloussa. « Demandons à Autari, tiens, lui semble retenir les règles. »

Entendant qu'on parlait de lui, le garçon releva la tête de son petit déjeuner, étonné. « Quoi m'man ? »
- Récite à ta sœur les règles. »

Autari afficha un air cette fois plutôt amusé et bomba le torse. « Sois calme, gentille, ne cours pas partout, ne te bats pas, garde tes cheveux attachés, ne déchire pas ta robe, ne parle pas pour ne rien dire, fais un effort en classe, arrête de manger ces foutues tomates ! »

Ok, on en était pas loin... Madame Blenks allait arrêter son fils, mais il lui apparut rapidement que celui-ci n'avait pas terminé et ne l'écoutait plus. « Arrête de dire à Akamyss que ses fleurs puent, va pas dans la grotte, dis bonjour à Monsieur Watson quand il te salue, arrête de voler les pantalons de ton petit frère, recrache cette tomate, elles sont où encore tes couettes ?! Ne tire pas la langue au charcutier, mange ta soupe, ne rampe pas dans la boue... Tu veux bien arrêter de manger des tomates, à la fin ?! »

- MERCI AUTARI, ça suffit ! »

L'enfant haussa un sourcil surpris mais cessa enfin son délire. Il envoya un sourire amusé à sa sœur et esquiva plutôt maladroitement la main de sa mère, qui allait pour frapper l'arrière de son crâne.

- Allez, filez, et soyez sages... »

Doux rêve que celui-ci... Deux baisers claquèrent sur chacune de ses joues et un sourire fleurit sur ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niemand

avatar

Messages : 165
Date d'inscription : 28/08/2010
Age : 29
Localisation : Probablement perdue quelque part...

MessageSujet: Re: Niemand (dite Myan) - Valkyrie Déchue   Sam 30 Oct - 12:31

Méfiez-vous donc de l'ombre qui protège Autari...

Affalée sur le ventre, Niemand observait Akamyss s'affairer autour d'un pot de fleurs. Leur grotte suintait l'humidité mais aucun des trois enfants n'en avait cure. Autari se battait contre une cible invisible, brandissant ses petits poings, mimant à Akamyss le combat qui avait eut lieu plus tôt. Niemand souriait, amusée, peu soucieuse de savoir sa robe déchirée et ses cheveux sales.

- Et BAM ! Nie' s'est r'tourné et lui a flanqué un bon coup d'pieds dans les bijoux d'famille ! » Autari fit un tour sur lui-même, l'air enragé, et grogna en direction du vide à la manière d'un loup. « Et BAM BAM BAM ! »

Akamyss détourna son attention de ses fleurs et haussa les sourcils, médusée. « Qu'est-ce qu'il avait fait ce pauvre Anton pour que tu lui refasses le portrait Nie ? »
- BAM BAM BAM ! T'moques pas d'mon frère ! Prends ça l'mollusque ! » Continuait Autari.

Nie' gloussa et Akamyss leva les yeux au ciel. « T'vas encore être punie... faut voir l'état de ta robe aussi Nie'... »

Autari s'interrompit lorsqu'un autre garçon, l'œil couvert d'un bandeau, pénétra dans leur grotte, un sourire immense collé au visage.
- Ben voyons Tao, fais comme chez toi surtout ! » Lâcha Akamyss, râleuse comme pas deux.

Le dit Tao n'y fit pas attention, préférant tendre à Niemand une main pour qu'elle puisse se relever. Autari tapota affectueusement l'épaule de son copain, visiblement content de le voir. « T'sais pas ce qu'elle a fait Nie' tout à l'heure à ce mollusque d'Anton ? »

L'autre petit garçon signala que si et pris une grande inspiration. « J'suis là pour ça, justement, écoutez ce que ça m'a inspiré ! »

Tao était un poète, toujours content, toujours affublé d'un bandeau de pirate et surtout toujours près à faire partager ses rimes. Tao voulait être troubadour, saltimbanque, déclamer le monde avec de jolis mots. Le frère et la sœur échangèrent un regard affligé mais firent néanmoins silence. Le petit Tao grimpa sur une pierre et leva les bras au ciel.

- Que le lien qui nous unit,
Me permette toute ma vie,
De garder intact le courage,
De porter ma précieuse rage,
Pour qu'à tout instant, je te défende,
Contre tous ceux qui te pourfendent ! »

Akamyss s'extasiait. Les deux autres se cachèrent de leurs mains, plus affligés encore, peu sensibles à cette parodie de poésie.

- Qu'importe que je dusse être belle,
Qu'importe que je dusse être Dame,
Je ne jure que d'être celle,
Qui fera couler leurs larmes,
Répondant par la bestialité,
A chaque atteinte qui puisse fuser. »

- Est-ce qu'il vient de dire que j'étais bestiale ? » Souleva Niemand, dépitée.
- Je n'ai pas terminé ! » Nota Tao, un air effrayant et menaçant inscrit sur ses traits.
- Il n'a pas terminé ! » Répéta Akamyss, qui -visiblement- adorait entendre ces inepties.
- T'es pas obligé de terminer. » Lui indiqua Autari, qui semblait également vouloir qu'on l'épargne.

Tao les foudroya du regard, et s'accroupit, chuchotant la fin. « Mes robes déchirées ne me dérangent pas, Si c'est là la seule idée qu'ils se font d'un combat. Mes cheveux détachés, j'impose sauvagement, Le silence et la paix parmi tous les enfants. »
- La paix ? » Niemand secoua la tête. « Je leur casse la figure parce qu'ils le méritent, c'est tout ! Je m'en fiche de la paix ! »
- Myaneyka, je me présente ainsi... » Termina Tao. « Méfiez-vous donc de l'ombre qui protège Autari ! »

Akamyss applaudit à tout rompre, faisant fit des commentaires de sa meilleure amie. Les deux Blenks – de plus en plus médusés- semblaient prêts à vomir.

- Qu'est-ce que ça voulait dire, en fait ? » S'étonna soudainement Autari. « Elle ressemble pas à une ombre ma sœur. »
- Que Myan est redoutable ! » S'emballa Tao en saluant son pauvre public. « Pis c'est une image, Auta... »
- Ma sœur est une image...? » Le futur mage semblait plutôt incrédule.
- Ça je peux te jurer que non, elle n'est pas sage comme une image, ça se saurait sinon ! » Gloussa Akamyss. « Une ombre suit tes pas et tes mouvements, elle ne disparaît pas, jamais, même quand tu ne la vois pas, elle est là. »

Autari frissonna et Niemand fit la moue. « Quand on ne me voit pas, c'est que j'suis pas là. Allez pas le faire flipper avec vos débilités. »

Cela eut au moins le mérite de faire éclater de rire Tao et Akamyss, les seuls à priori sensibles aux jolies images.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niemand

avatar

Messages : 165
Date d'inscription : 28/08/2010
Age : 29
Localisation : Probablement perdue quelque part...

MessageSujet: Re: Niemand (dite Myan) - Valkyrie Déchue   Lun 8 Nov - 13:46

Pourquoi ils viendraient ici, d'abord ?

Des mouvements malsains s'effectuaient dans les environs de Berfast. On parlait de troupes d'hommes-loups, guidés par un être dépourvu de raison et de pitié. Si Akamyss et les habitants s'en inquiétaient, les deux Blenks en revanche prenaient la menace à la légère.

- Pourquoi ils viendraient ici d'abord ? » S'étonnait Niemand qui imaginait mal des troupes aussi obscures s'abattre sur un village comme le leur. Berfast ne présentait aucun intérêt, selon elle. « C'est n'importe quoi. »

Akamyss se laissait convaincre lentement mais sûrement par les pauvres arguments de sa camarade. Elle avait 15 ans, ne connaissait pas d'autres combats que ceux menés par Niemand contre les garçons qui s'en prenaient à Autari... Alors, vraiment, pourquoi la menace les toucherait-elle ?

- Quoi qu'il en soit... » Akamyss attrapa une fleur et l'examina avec attention. « Le Lord Hauweth va faire escale dans notre village demain soir, dans mon auberge, et mon père prépare une grand réception ! »

Niemand grimaça. L'engouement d'Akamyss était compréhensible, elle et son père allaient avoir leur heure de gloire, servant un Lord et ses troupes et Niemand -au delà de cette fierté que présentait sa meilleure amie- savait que la peur de ne pas être à la hauteur gagnait les Flitch.

- Vous serez parfaits. » Rassura Niemand. « Ton père est le meilleur cuisinier que j'ai jamais vu ! »
- C'est le seul. » Nota Akamyss avec un sourire en coin.
- Ah, oui, aussi... » Acquiesça la gamine. « Ça n'empêche que c'est le meilleur. »

Les deux jeunes-filles échangèrent un sourire, sachant pertinemment que le réel sujet n'avait pas été abordé. Avec réception allait « accueil par les habitants ». Et avec « accueil par les habitants » allait « jolie robe, bonnes manières et politesse irréprochable ». La soirée allait être une torture.

- Peut-être qu'on sera pas obligées de rester longtemps. » Souffla Niemand avec espoir.

Akamyss adressa à son amie un regard suppliant auquel celle-ci répondit par une grimace significative. « Au nom de notre amitié, je me dois de t'accompagner jusqu'au bout, c'est ça ? »

Évidemment. Cruel destin... La fuite lui serait impossible ! Au nom de leur amitié...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niemand

avatar

Messages : 165
Date d'inscription : 28/08/2010
Age : 29
Localisation : Probablement perdue quelque part...

MessageSujet: Re: Niemand (dite Myan) - Valkyrie Déchue   Lun 8 Nov - 13:53

Le Chevalier qui s'est laissé aveugler.


Lord Hauweth était un chevalier massif, pourvu d'une moustache que les enfants trouvaient amusante et d'un sens de l'honneur inébranlable. Ses yeux marrons, vifs, surveillaient constamment les alentours, prévoyant le moindre détail qui tendrait à indiquer qu'une situation allait dégénérer. Ce soir, pourtant, slalomant entre les villageois de Berfast, Lord Hauweth sentait la tranquillité le gagner. L'idée de relâcher sa vigilance ne lui aurait jamais traversé l'esprit, mais la réception était une réussite et le Lord et ses hommes s'étaient pris au jeu de la fête.

Son regard clair et amusé balaya la salle, échouant finalement sur la silhouette figée d'une jeune fille aux cheveux flamboyant. Assise sur un canapé, ne bougeant par un oreille, Niemand Blenks observait la fête se dérouler sans faire mine de vouloir y participer. Le souvenir d'une jeune fille semblable lui traversa l'esprit, soulevant son cœur d'un élan d'affection. La mère de Niemand adoptait exactement la même attitude, durant leur enfance, en particulier lorsqu'elle se savait épiée par le regard sévère de sa propre mère. Elle ne bougeait pas, figée dans une posture tendue, persuadée que le moindre geste ruinerait tous les efforts qu'elle fournissait pour ne pas céder à une très méchante maladie : la bougeote.

Un rire manqua d'échapper à l'homme alors qu'il remarquait la fille du tavernier tapoter amicalement l'épaule de sa camarade, comme en guise de soutient. Son regard dévia, se posant sur la tignasse corbeau du garçon affalé à côté de la jeune Blenks. Et cette fois, il ne parvint pas à retenir son envie de rire. Le plus jeune des Blenks avait calé son menton dans la paume de sa main et tanguait dangereusement vers l'avant à mesure que le sommeil l'emportait.

Lord Hauweth fut alors persuadé qu'il était de son devoir de secourir ces deux enfants avant que l'ennui n'ait raison d'eux.

L'homme coupa la salle d'un pas rapide et sûr et s'installa avec amusement à côté de Niemand, qui ne broncha pas, visiblement trop fascinée par les motifs du tapis à ses pieds. Un doute s'insinua en l'homme qui songea -pendant un bref instant- qu'il s'était peut-être fourvoyé. Qu'il était possible que l'enfant soit tout le temps ainsi, silencieuse et presque inaccessible. Indifférente.

- Quel joli tapis. » Osa Lord Hauweth dans une tentative de conversation.

La jeune-fille tourna lentement la tête vers lui, intriguée. Lord Hauweth en perdit tous ses moyens, de sa voix à son vocabulaire. Les yeux bleus-ciel de la jeune-fille lui donnaient l'impression d'être transpercé, mis à nu, dépouillé de tout secret. Le souffle coupé, l'homme compta bien 50 longues secondes avant qu'il ne parvienne à se ressaisir.

- N'aimez-vous pas les soirées, jeune fille ? » Le Lord offrit à Niemand un sourire avenant, auquel celle-ci ne répondit pas. « Votre mère les détestait. »
- Vous connaissiez ma mère lorsqu'elle avait mon âge ? » L'intérêt brilla cette fois dans les orbes bleues et le Lord s'en félicita, respirant plus facilement.
- A 15 ans, elle ne tenait pas en place. Nous étions de grands amis et j'adorais la voir s'impatienter, les yeux rivés sur la sortie. »

Niemand eut cette fois un sourire amusé et fit un signe en direction de la porte. « Vous savez, je la regarde, j'essaie de la persuader de s'approcher, mais elle ne bouge pas d'un poil. »
Le Lord laissa passer un rire, profondément amusé. Son regard glissa sur la robe rouge de la jeune-fille, parfaitement dans le ton de sa chevelure de feu. Une jolie jeune-fille, il devait l'avouer, mais dont il devinait aisément l'espièglerie.

- Votre grand-mère avait rédigé toute une série de règles, qu'elle récitait chaque soir à sa fille. » Un sourire fleurit sur les lèvres de Niemand à l'idée que sa propre mère n'ait fait que reprendre le système des règles de son enfance. « Votre mère prenait grand soin de les transgresser, l'une après l'autre. A la fin de la journée, j'inscrivais son score dans un carnet. »

Cette fois, Niemand éclata de rire et Lord Hauweth ne cacha pas sa surprise en voyant la transformation de la jeune-fille s'opérer. Ses épaules semblèrent brusquement moins tendues alors que ses yeux se plissaient, pétillants, dégageant une sorte de chaleur réconfortante. Ses mains, auparavant crispées, lâchèrent les bouts de robe qu'elles tenaient pour venir cacher sa bouche fine et souriante. Lord Hauweth ne sut pourquoi, peut-être le souvenir, peut-être l'innocence, mais il lui sembla qu'une boule bloquait sa gorge face à ce spectacle. La lumière venait de le percuter de plein fouet, lui, le chevalier, qui en avait oublié qu'elle pouvait être si brillante, si pure, si gratuite.

- Vous allez bien ? » L'adolescente lui jeta un regard mi-curieux, mi-inquiet.
- J'ai peur d'avoir été touché par un enchantement. » Souffla l'homme.
- N'enchantement ? » Bafouilla une petite voix. Lord Hauweth posa son regard rêveur sur Autari, attendri. L'enfant émergeait doucement, sans doute réveillé par le rire de sa sœur.
- Un agréable enchantement. » Indiqua le lord. « Apaisant. »
- Moi m'a cassé les oreilles. » Indiqua Autari en baillant. « C'est terminé la réception ? »

Remarquant que non, le garçon sembla déçu, voir carrément désespéré. Un air que sa sœur adopta également en lisant l'heure sur la grande horloge de l'auberge. Pris de pitié, Lord Hauweth fit ce qu'il considérera ensuite comme sa plus grosse erreur. Prenant un air de conspirateur, il proposa aux deux enfants de s'échapper tandis qu'il détournerait l'attention des invités. Une occasion que les deux Blenks saisirent avec une joie évidente.

Cinq minutes plus tard, Niemand et Autari disparaissent par la porte menant à l'extérieur, libres.

Vingt minutes plus tard, les gardes postés à l'entrée du village pénétraient dans la salle avec fracas, hurlant que deux des leurs étaient morts, la gorge tranchée, laissant malgré eux la menace pénétrer à Berfast. Lord Hauweth ordonna à tous les villageois de ne surtout pas sortir de l'auberge et à ses troupes de se préparer à les protéger. Jusqu'à qu'il réalise, à l'entente de la voix terrifiée de Madame Blenks, l'acte inconsidéré qu'il avait accompli. « Où sont mes enfants ? Où sont Niemand et Autari ?! »

Le bruit d'assiettes chutant au sol et se brisant sous l'impact. Les yeux grands ouverts fixés sur le canapé désormais vide, Akamyss ne se rendit même pas compte qu'elle avait lâché tous les couverts qu'elle tenait. Ce fut le signal. D'un mouvement commun, Berfast céda à la panique la plus pure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niemand

avatar

Messages : 165
Date d'inscription : 28/08/2010
Age : 29
Localisation : Probablement perdue quelque part...

MessageSujet: Re: Niemand (dite Myan) - Valkyrie Déchue   Ven 12 Nov - 13:52

La poigne du loup.


La seule sensation qui dominait en Niemand était cette impression de suffoquer. Sa gorge semblait ne plus rien vouloir laisser passer, ni air ni salive, à mesure que cette main rude écrasait son cou. Les yeux ambrés de l'homme... non, de la créature... sondaient les siens, illuminés par la cruauté. Niemand imagina sans mal qu'ils se délecteraient de voir son corps cassé en deux – ou plus. Doucement, Niemand ressentit à nouveau la dureté de la pierre derrière son crâne, puis le goût du sang coulant sur ses lèvres roses, sans pourtant parvenir à savoir d'où il venait exactement. D'une arcade, de son nez, peut-être même de son front.

L'action s'était déroulée si rapidement qu'elle ne savait même plus comment elle en était arrivée là, collée à un mur par une brute qui l'étranglait. Et au fil des secondes, les évènements perdaient encore de leur netteté.

Autari, avachi au sol, terrorisé, revoyait lui très clairement la scène. Niemand l'avait distancé, sautillant exagérément dans la ruelle où ils étaient encore. L'homme -ou la bête- avait surgi devant lui, bloquant le passage et ricanant sombrement sans aucune raison qu'Autari puisse identifier. Et quelques secondes plus tard, un cri de guerre retentissait et sa sœur était là, perchée sur le dos de l'homme, plantant ses ongles dans son visage. Et encore quelques secondes plus tard... le futur mage était au sol, à moitié assommé et Niemand collée contre un mur par la bête, les yeux voilés et le souffle coupé.

L'adolescente sentait ses poumons vides et douloureux, ses larmes se mêler à son sang à la commissure de ses lèvres.

- Quel acte inconscient. » Souffla la créature tout contre son oreille. « Et amusant. »

Niemand aurait voulu tousser, respirer, fuir, s'éloigner, rêver. Elle ne frissonna même pas lorsque la créature fit glisser un doigt sur ses lèvres, recueillant la texture visqueuse, et le porta à sa bouche gourmande, comme voulant la déguster. Elle ne réagit pas lorsqu'il sembla se figer, son expression se transformant peu à peu en de l'intérêt. Ni lorsqu'il lui chuchota à l'oreille quelques mots sans aucun sens, susurrant que sa vie était plus précieuse qu'il ne l'aurait cru, desserrant sa prise et caressant son cou dans un semblant d'apaisement.

Le seul moment où Niemand réagit – hurla- fut lorsque la créature fut propulsée en arrière et qu'elle – pantin désarticulé- chuta lourdement au sol, son front rencontrant une nouvelle fois le mur. L'image d'Autari serré contre Akamyss franchit la barrière de sa terreur dans un flou artistique. Les contours d'un homme entouré de lumière se faufilèrent aussi, indistincts, jusqu'à son cerveau. Puis ce fut le noir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niemand

avatar

Messages : 165
Date d'inscription : 28/08/2010
Age : 29
Localisation : Probablement perdue quelque part...

MessageSujet: Re: Niemand (dite Myan) - Valkyrie Déchue   Lun 15 Nov - 9:31

Parenthèse.


Ce soir là, lorsqu'Akamyss entra chez elle, la vision de sa meilleure amie endormie à même le sol -Groââh dans le rôle du coussin- la surpris puis l'inquiéta. Un regard vers son propre lit vide lui confirma que – quelles que soient les raisons de la présence de Niemand ici- il n'y avait aucune raison pour que celle-ci dorme par terre alors qu'un matelas était à sa disposition. Passé le choc Akamyss réveilla sa camarade, la faisant asseoir sur l'une des chaises en bois de la maisonnette. Son regard assuré détailla sa meilleure amie, en silence, passant sur ses cheveux détachés et ébouriffés, son teint pâle et fatigué, ses yeux inexpressifs – glaciaux. Akamyss garda encore le silence, prenant sur elle de préparer du lait chaud, comme à l'époque de leur enfance, et de lui porter quelques vêtements propres pour qu'elle soit plus à son aise. Présomptueusement, Akamyss pensa que Niemand apprécierait de porter des habits avec une odeur familière et apaisante. Elle n'eut pas totalement tort.

Ce fut une fois Niemand vêtue plus légèrement et assise à ses côtés avec son lait chaud en main qu'Akamyss déclencha les hostilités. Son regard sérieux captura celui plus terne de son amie et dans un souffle – comme pour ne pas brusquer l'autre jeune femme- Akamyss quémanda des explications. L'air à la fois morose et impassible de Niemand lui indiqua qu'elle ne pourrait s'en remettre qu'à son propre sens de l'observation. Elle ne tirerait rien de Niemand qui, cela paraissait clair, était complètement braquée, perdue dans un silence buté. Akamyss se leva, mine de rien, et prise d'un doute alla chercher l'armure de sa camarade, observant avec fascination la trace de ce qui avait été un blason. Silencieusement, elle porta l'armure sur la table et la posa sous le nez de son amie. « Je ne comprends pas. Où est-il ? »

Niemand fit un geste en direction de son sac, toujours silencieuse. Étrangement calme, Akamyss alla chercher la besace et la fouilla – cachant son incrédulité face à certains objets pour mieux se concentrer sur sa tache. Elle trouva enfin le blason aux contours arrachés, gardé précieusement dans une petite bourse. « Ressers-toi un lait chaud, je vais chercher mes aiguilles. »

Obéissante, Niemand exécuta l'ordre et regarda avec lassitude Akamyss revenir, du fil et des aiguilles dans une main et le blason dégradé dans l'autre. « Qu'est-ce que tu penses faire ? »

Surprise d'entendre enfin sa meilleure amie parler, Akamyss manqua de lâcher son matériel. « A ton avis ? »

Niemand haussa les épaules, se refermant aussitôt. Sans s'en soucier, Akamyss s'attabla et commença son rafistolage. Fatiguée, sa camarade l'observa faire, la tête sur les bras, visiblement fascinée par les gestes de la cuisinière. Ce fut quelques longues minutes plus tard, lorsque Akamyss se piqua le doigt pour la septième fois, que Niemand consentit à rouvrir la bouche. « C'est inutile. Tu ne sais même pas coudre. »
- Rien n'est jamais inutile. » Réfuta Akamyss avec un regard sévère. « Qu'est-ce qu'il s'est passé ? »

Niemand leva les yeux au ciel et enfouit sa tête dans ses bras, refusant de répondre. Elle n'avait pas envie d'avouer qu'elle avait déserté le camps des Valkyries. Et surtout, elle répugnait à expliquer pourquoi.
- Ton blason est déchiré. Tu dors sur mon parquet. Hmmm... que puis-je en déduire ? » Joua Akamyss en continuant à manœuvrer avec son aiguille. « Tu as fais une bêtise et elles t'ont mis dehors ? »

La supposition ne parut pas si incongrue. Ce ne serait pas la première fois que Niemand se ferait jeter dehors, ayant réussie à user la patience de quelqu'un. Niemand frissonna. Peut-être que cela aurait pu arriver, oui. Pourtant, à l'étonnement d'Akamyss, l'apprentie chevalier nia.
-... Tu as juste déchiré ton blason peut-être ? Sans le faire exprès ? » Supposa Akamyss sans trop y croire. Niemand n'était pas du genre à abîmer les choses précieuses à ses yeux. Soupirant, la demi-sang nia encore une fois d'un mouvement bref de tête. Et Akamyss se figea, son expression passant à l'horreur – voir la colère. « Ne me dis pas que tu as déserté...? Nie ? Tu n'es pas aussi... Tu ne peux pas être aussi... »

Mais cette fois, Niemand ne nia pas, se cachant à nouveau dans ses bras, respirant avec difficulté. Akamyss se força à rester calme et tapota la tête de son amie, lâchant enfin son « ouvrage ». Lorsque la respiration de Niemand s'emballait, c'est que la pression était déjà trop forte, il était alors inutile d'en rajouter.

- Respire calmement, bougre d'âne ! Ce n'est quand même pas si dramatique ! » Akamyss n'en pensait pas un mot. « Ce n'est pas comme si tu avais tué Autari, par exemple. Et puis tu m'as dis toi-même que tu es juste une demi-sang... »

Niemand releva la tête, encore plus pâle.

- Tu resteras avec moi, j'ai justement besoin d'un chevalier. J'allais passer une annonce, mais comme tu es là... » Akamyss sourit, faussement amusée. « Je te promets que tu seras vraiment utile ! Dans les parages... Nous rêvions tous d'un chevalier à couettes capable de nous protéger ! »

Niemand se prit la tête dans les mains. « Merveilleux. »

Mais Akamyss n'en avait pas terminé. « Allons, je reconnais tes talents, moi, tu sais ? Quel meilleur endroit pour toi qu'à mes côtés ! Et puis, si tu as... hmm... fuis... c'est qu'il devait y avoir une bonne raison, n'est-ce pas ? »

Ou « comment essayer de manipuler Niemand pour avoir des réponses » par Akamyss. Niemand grimaça, mais ne releva pas le stratagème. « Il y avait plein d'évènements incontrôlables et terrifiants... et Autari a été touché... et l'homme que j'aime aussi... et elles restaient calmes, comme indifférentes... et... »

Akamyss ne comprenait rien. Seul « Autari a été touché » semblait avoir traversé ses barrières. « Tu... Autari est en danger ? Tu l'as abandonné ? »
- Je ne l'ai pas abandonné. » Rectifia Niemand. « Je l'aurais fais, mais il y a cette connerie sur l'amour familial... qui m'en a empêché. »

Seul un silence trèèès pesant répondit à cette déclaration. Akamyss se versa un autre verre de lait chaud, les mains tremblantes.
- Si tu n'as pas abandonné Autari, alors c'est l'essentiel. » Souffla Akamyss. « Mais... je ne comprends pas... s'il y avait un danger... ton clan n'est pas touché, lui ? »

Niemand fit mine de regarder les mouches voler. Akamyss soupira. « Je fais un effort, tu sais, pour ne pas admettre l'évidence, soit que tu as déserté ton clan alors qu'il était menacé. Je n'irais pas jusqu'à dire à haute voix que je te connais assez pour savoir que tu n'as probablement avertie personne, que tu as sûrement filé en douce, mais je le pense très fort. »

Niemand sentit ses yeux lui piquer et sa respiration s'emballer à nouveau.

- Je ne le dirais pas. » Répéta Akamyss, sévère. « Mais je vois ça d'ici. Et maintenant que tu es toute seule, tu viens dormir sur mon parquet. Sûrement parce que tu as déjà été t'épuiser à combattre toutes sortes de bestioles... et que tu n'as plus d'idées de conversations à mener avec ton ourson. »

Le fait que Groââh, le pauvre ourson, roupille au lieu de courir partout tendait à le prouver...

- Tu l'as dis, je suis une demi-sang, qu'est-ce que ça fait ? » Souffla Niemand, cachant mal sa honte. « Et puis ça arrive, de paniquer ! Chez les Valkyries visiblement, c'est pas souvent, tu t'imagines au milieu de toutes ces femmes bouffées de courage et capables de se contrôler à toute occasion ?! »

Akamyss ouvrit la bouche, muette de stupeur. « Mais enfin... » Mais Niemand la coupa, son regard bleu-glace la foudroyant. « Je croyais que toi tu comprendrais ! »

Et Akamyss compris. Niemand n'avait peut-être pas contrôlé la situation à laquelle elle avait dû faire face... mais elle n'avait surtout pas réussis à se contrôler elle-même. La cuisinière grimaça. Mais Niemand ne se contrôlait pas lorsqu'Autari était impliqué. Et elle avait dis que l'homme qu'elle aimait avait aussi été en danger, n'est-ce pas ? Voir l'était toujours. Quelle idée folle avait bien pu traverser l'esprit emporté de son amie ? En colère, Niemand pouvait dire n'importe quoi. Ou bien faire n'importe quel action inconsidérée.

- Ce n'est pas une excuse. » Nota Akamyss. « Mais je comprends... presque. Et je ne mentais pas hein, tu pourras rester ici maintenant. Sauf si rejoindre les rangs de Lord Hauweth te tente... ou accompagner cet hideux loup-garou dans sa quête de pouvoir... »

Niemand lui fit signe de se taire. « J'aime bien, ici. »

- Hm. » La cuisinière fit mine de vomir. « Ne me mens pas. »
- C'est mieux que toute seule. » Niemand sourit faiblement. « Enfin, avec Groââh. Il ne parle pas beaucoup. »

Akamyss leva les yeux au ciel, avec humour. Mais intérieurement, elle savait que sa camarade était toujours instable et coléreuse... et que cela ne s'arrangerait pas ici. La première chose qu'Akamyss ferait le lendemain matin, outre envoyer Niemand prendre une douche, sera de lui confisquer son épée... au cas-où l'idée de se punir elle-même traverserait l'esprit oppressé de son amie.

-... Dis... je peux avoir une tomate pour me consoler...? »

Une chose restait certaine, sa réserve de tomates allait en prendre un coup...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niemand

avatar

Messages : 165
Date d'inscription : 28/08/2010
Age : 29
Localisation : Probablement perdue quelque part...

MessageSujet: Re: Niemand (dite Myan) - Valkyrie Déchue   Lun 15 Nov - 12:38

Et la folie gagna Akamyss...
Akamyss n'avait pas tenu longtemps avant de perdre son sang froid. Soucieuse du bien-être de sa meilleure amie – sa seule amie...- la cuisinière avait partagé son petit lit avec elle pour la nuit, non sans se rappeler l'époque de leurs huit ans où la crapule s'incrustait chez elle pour des soirées bavardage. Si le souvenir semblait doux, au milieu de la nuit, il disparut, remplacé par un énorme bruit de chute... Les quatre ferres en l'air, Akamyss se souvint du pourquoi elle avait systématiquement mal au dos après les dites soirées. Niemand était envahissante... dans tous les sens du terme.

Le second choc pour la cuisinière eut lieu quelques minces heures plus tard, lorsqu'elle fut réveillée de son pauvre sommeil par un autre fracas et découvrit l'affreuse à couettes entrain de fouiller dans ses affaires. Passé l'incompréhension... Akamyss appris qu'il était 5h du matin et que la créature sautillante et maléfique cherchait une pelle, pour aller « déterrer son humour ».

« Elle va m'avoir à l'usure... » Se dit Akamyss trois heures plus tard, en voyant sa meilleure amie tenter de faire des compotes avec les tomates. Son manque de talent était évident et très douloureux. La sauvageonne ne semblait pas dérangée outre mesure par l'air désespéré de la cuisinière, sûrement parce que Groââh -qui par ailleurs mâchonnait le pieds de la table- n'avait pas l'air perturbé par la popote de sa maîtresse. Ou le massacre, selon le point de vue.

Akamyss décida d'aller respirer, s'en remettant au pouvoir apaisant de l'art de la cueillette. Quand elle rentra en fin de matinée, elle cru rêver. Une petite voix intérieure lui souffla qu'effectivement, laisser Niemand dans sa maison alors que celle-ci tendait à s'ennuyer était une idée complètement folle. La demi-sang – ou l'ex-Valkyrie- ou encore le monstre, avait pris soin de décorer à sa façon l'intérieur de la maisonnette. Et Akamyss ne pouvait pas dire que Niemand suintait le bon goût. Une table immense, avec deux minuscules chaises (« Ta place ici et la mienne là ! »), des meubles de rangement dispersés n'importe comment (« C'est pas moins vide ? »), et le clou du spectacle... Un lit deux places, planté presqu'au milieu de la pièce (« le plus important ! Je prends le côté droit ! ») surplombé d'une affreuse tête d'ours (« Pour l'esprit guerrier ! Grrroooah ! Groooaah ! Non Groââh, je t'ai pas appelé, retourne mâchonner la robe d'Aka mon chéri. »).

Akamyss avait tenté d'expliquer à son amie – ou bientôt ex-amie- qu'une tête d'ours pareille risquait de heurter la sensibilité de Groââh. Avant de se rappeler que de toutes évidences, la sensibilité de Niemand était encore plus au ras des pâquerettes que celle de son ourson... Sa meilleure amie supposait les sentiments des autres... Elle supposait qu'ils n'étaient pas tristes, qu'ils n'avaient pas peur, qu'ils n'étaient pas offusqués... Mais Niemand ne savait pas et ne ménageait donc personne. Mais, réalisa Akamyss, elle-même présumait souvent des sentiments de sa meilleure amie... et se trompait.

Quoi qu'il en soit, l'horreur à couettes semblait avoir décidé de ne pas rester inactive. Le contraire aurait été étonnant. Akamyss assista donc à la chute inopinée d'un énorme arbre (« Oups, j'ai mal calculé la trajectoire, je voulais couper l'autre à côté »), une bouillie de tomates qui termina inexplicablement étalée sur Groââh et son parquet, un bain dans la cascade la plus proche – ou Niemand avait manqué de noyer un pauvre petit garçon, et d'autres choses abominables qu'Akamyss peinait à lister tant son cerveau semblait surchargé.

En même pas l'espace d'une journée, Akamyss en était presque au point d'envoyer une missive au clan des Valkyries pour leur demander de venir chercher « l'espèce de dégénérée à couette qui traumatise les habitants de Logar ». Et lorsqu'elle regarda passer sa meilleure amie armée d'un lasso et d'un chapeau étrange, hurlant à sa monture de marcher au pas, chantant une comptine guerrière, Akamyss s'imagina même aller supplier, ramper aux pieds chaussés de ces femmes combattantes de bien vouloir l'aider, ou alors de lui donner une laisse digne de ce nom pour qu'elle puisse accrocher la demi-sang à un piquet.

Mais elle ne le fit pas, non. Akamyss a encore sa dignité, elle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niemand

avatar

Messages : 165
Date d'inscription : 28/08/2010
Age : 29
Localisation : Probablement perdue quelque part...

MessageSujet: Re: Niemand (dite Myan) - Valkyrie Déchue   Mar 16 Nov - 12:56

Où étais-tu, monstre à couettes ?!

La jeune Flitch était inquiète. Sa camarade n'avait pas passé la porte de la maisonnette le soir précédent. Akamyss songea d'abord au pire, ne trouvant pas d'explication au fait que Niemand ne soit pas rentrée. Dans un premier temps, elle était parvenue à occuper sa compagne en lui ordonnant d'aller cueillir de quoi remplir une cuve entière, s'en remettant à l'art qu'avait Niemand de relever tous les défis pour se débarrasser un moment d'elle. Akamyss présumait que la cueillette avait mené sa camarade plutôt loin de Logar et de « leur » logis, peut-être même assez loin pour que Niemand trouve des monstres de son envergure à combattre.

Mais quand bien même... Niemand serait revenue. La cuisinière ne pouvait que stresser, imaginant sa meilleure amie morte quelque part, sa propre épée plantée dans son cœur d'artichaut. Le bruit de sa porte d'entrée ouverte sans douceur aucune apaisa immédiatement son soucis et c'est sans surprise qu'en se retournant, Akamyss croisa le regard de sa meilleure amie. En revanche, c'est avec incrédulité que Niemand réceptionna dans ses bras la cuisinière. « J'ai eu peur ! Où étais-tu, monstre à couettes ! »

- J'ai dormis à l'hôtel... » Souffla doucement Niemand en repoussant Akamyss. « Il était tard, j'étais trop fatiguée pour rentrer. »
- Par tous les dieux... Tu ne pouvais pas avertir ?! Qu'est-ce qui pouvait être assez important pour te tenir occupée jusqu'à pas d'heures ! »

Niemand haussa les sourcils et passa une main apaisante sur les cheveux de son amie. « Hey. Calme toi un peu. »
Akamyss pris une grande respiration et remarqua enfin l'air profondément calme de sa camarade. Un genre de calme... étrange. Son regard dévia jusqu'à l'autre main de Niemand, fermement serrée autour d'un écusson.
- …. » Akamyss ne trouvait plus ses mots. « Tu... as vu le clan Valkyrie ? »

Niemand se contenta d'opiner doucement. « Dame Gwendhël. »
- Je comprends mieux. » Souffla Akamyss, essayant de ne pas montrer son soulagement. Son regard observateur remarqua l'allure crispée de la main de sa meilleure amie. « Tu ne l'as pas lâché depuis qu'elle te l'a remis, cet écusson ? »

Le monstre à couettes rougit. « J'ose pas. »
La cuisinière leva les yeux au ciel et tendit sa main. « Donne-moi ça. Tu me fais confiance, non ? Ta main va sécher, si tu continues à serrer cette chose. »

Niemand hésita seulement quelques secondes avant de déposer l'écusson dans la main de son amie. Ceci-fait, les deux femmes prirent place autour de la table, se servant un thé. Au bout de quelques instants de silence, Akamyss ne retint plus sa curiosité. « Tu as l'air affreusement fatiguée. Qu'est-ce qu'il s'est passé, exactement ? »

Niemand ricana. « J'ai crié. Je crois même que j'ai... hm... pleuré. Quoi qu'il en soit, je suis totalement vidée. »

Akamyss cligna, incrédule. « Woah. » Un frisson la traversa. Elle n'avait jamais aimé entendre Niemand crier, la voir pleurer ou céder sous la pression. La simple idée que cela se soit passé au moment où elle râlait à propos de l'absence prolongée de sa meilleure amie lui souleva l'estomac. Ceci dit, cela expliquait son calme. Niemand n'avait probablement plus de forces. « Est-ce que ça veut dire que tu vas décamper de ma pauvre maison ? »
- Hmmm... c'est à dire que... » Niemand afficha un rictus amusé. « Tu aimerais bien, n'est-ce pas ? Mais maintenant que j'ai refais ta décoration... »
- Essais-tu de briser mon espoir ? » Souleva Akamyss, dramatique. « Cet écusson, il ne veut pas dire que tu peux regagner le campement Valkyrie ? »

Mais Niemand appréciait visiblement trop torturer sa camarade. « Te priver de ma présence serait tellement cruel... je ne peux faire ça... »
- Non, vraiment, je m'en remettrais, tu sais. Je le jure. » Tenta Akamyss. « Et puis, qui sait ce qu'elles pourraient croire si tu ne regagnait pas leur camps. Hein ? Tu y as pensé ? »
- On dirait presque que tu essais de te débarrasser de moi. » Fit remarquer la demi-sang.
- Quand les habitants de Logar ont vu que tu avais disparu, ils sont venus me remercier de t'avoir éliminé... » Exposa Akamyss, souriante. « Tu es insupportable. Mais tu es la bienvenue quand même... » La cuisinière soupira. « Reste autant de temps que tu le voudras. »

Niemand afficha un sourire tendre, visiblement contente. « Je suis vraiment fatiguée, ça ne te dérange pas si je vais me coucher ? »
- Je te réveillerais pour le repas. » Akamyss déposa une bise sur la joue de sa meilleure amie et rit doucement. « Je vais te préparer un plat à la tomate dont tu tomberas folle amoureuse ! »

Le monstre à couettes sourit doucement et s'allongea. Ce fut avec consternation que la cuisinière observa sa meilleure amie se rouler en boule puis s'endormir, comme une enfant. Akamyss secoua la tête. Si Niemand avait pris confiance en grandissant, il semblait qu'une partie du travail avait volé en fumée... Sinon, se sachant veillée, pourquoi Niemand ressentirait-elle le besoin de se protéger ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niemand

avatar

Messages : 165
Date d'inscription : 28/08/2010
Age : 29
Localisation : Probablement perdue quelque part...

MessageSujet: Re: Niemand (dite Myan) - Valkyrie Déchue   Lun 22 Nov - 11:19

Dans ma fable, la petite cuillère tourne.

(Ou "comment commencer à raconter n'importe quoi")

Akamyss s'agaçait des visites de sa meilleure amie. Non pas parce que Niemand la dérangeait... après tout, la cuisinière avait l'habitude du monstre à couettes qu'était son amie, mais parce que son humeur semblait de plus en plus incontrôlable. L'aspirante Valkyrie qu'elle était à nouveau se vexait d'un rien et Akamyss songeait avec fatalisme qu'elle n'y pourrait rien faire. Alors elle regardait sa meilleure amie franchir la porte de sa maisonnette chaque jour, voir plusieurs fois en une journée, tantôt contente et sautillante, tantôt râleuse et irritable. Et certaines fois, simplement muette voir apathique.

La cuisinière savait que ce statut d'aspirante blessait sa camarade. Mais il ne pouvait y avoir que ça... Il y avait aussi cette rencontre avec un homme-loup, un homme qu'elle connaissait déjà, qui l'avait déstabilisé. Mais... étais-ce tout ce qui la contrariait ?

Pour l'instant Niemand dormait, encore roulée en boule, et Akamyss avait la tête qui bourdonnait face à cette multitude d'interrogations. La fatigue l'engourdissait mais le soucis la tenait éveillée. Épuisée, voilà ce qu'était Niemand. Méfiante, tout le temps, parfois même envers la cuisinière. D'une manière ou d'une autre, Niemand agissait comme lorsqu'elle faisait ses premiers pas à Logar et Varanas, prête à soupçonner tout le monde de lui vouloir du mal, de se moquer de ce qu'elle était – c'est à dire un « rien » souhaitant être un « tout ». Paranoïaque et seule dans sa tête.

L'apprentie chevalier bougea doucement et pris appui sur ses avants-bras, se redressant, à peine éveillée. Akamyss, assise à la table, ne bougea pas, l'observant seulement faire avec attendrissement. Elle attendit patiemment que l'autre la rejoigne autour du thé fumant qu'elle dégustait. Le silence leur faisait du bien, à l'une comme à l'autre. C'était un silence doux qui signifiait beaucoup plus que des paroles. C'était un silence respectueux. Niemand la remerciait probablement mentalement de l'accepter et Akamyss lui répondait tout aussi silencieusement qu'elle était là pour s'occuper d'elle.

- J'aimerais bien être enfermée en haut d'une tour et qu'on vienne me déclamer des poèmes. » Souffla Nie au bout d'un moment. « Ou bien que ce soit comme dans tous ces contes étranges, qu'un baiser princier me réveille ou qu'un homme valeureux m'emmène sur son cheval blanc, loin... très loin. Et que nous vivions heureux. »
- Je n'ai pas de place, dans ces contes ? » Souleva Akamyss, résistant à l'envie de sourire.
- Si, bien sûr, tu es la bonne fée qui veille sur la princesse, toi. Je t'installe dans un endroit magnifique, à la fin du conte, et je te garde avec nous jusqu'à la fin de ta vie. »
- Et tes sœurs ? » Akamyss fronça finalement les sourcils, se demandant à quoi sa camarade pouvait bien les associer. Avaient-elles au moins une place dans cette fable ?
Niemand sembla pensive. « Ce sont des Valkyries. » Mais la réponse ne semblait pas satisfaire la cuisinière. « Elles combattent pendant ce temps pour Odin ! Et emmènent les guerriers puissants mais morts au Valhalla, pour festoyer. »
- Mais dans ton conte ? »
- C'est ce qu'elles font. Peut-être même que dans une suite, une version qu'on ne censure pas, elles emporteront le prince -parce qu'il est vraiment vaillant- et que je devrais regarder ça. »

- Merveilleux. Akamyss leva les yeux au ciel. « Quelle fantastique histoire, dis moi. »
- Je devrais l'écrire ! » Rit Niemand. « Mais je ne suis pas certaine que ce soit un succès ! »
- La fin, surtout ! »

Niemand sourit, piteuse. « Tu sais, il y a plein de fables autour de moi. Soit disant que je pourrais bientôt disparaître. Que j'effraie les hommes. Que je n'enlève jamais mes couettes ni mon armure. Ou alors des histoires étonnantes disant que je serais une diplomate, que j'aurais un rôle, si ce n'est celui d'être à nouveau une aspirante qui n'a même pas réussie à voir celui qu'elle aime devenir son Einherjar. Et qui l'a regardé se tourner vers d'autres demoiselles. Il paraîtrait même que je rêve de parler aux arbres et que Groââh est autre chose qu'un ourson hyperactif qui me suit partout et prends des bains dans les fontaines. »
Akamyss opina. « Oui, bien sûr, Groââh est en réalité un homme qu'on a maudit pour son avarice, transformé en ourson, destiné à toujours avoir faim et se montrer loyal envers un monstre à couettes. »
- Quelle vie tragique ! »

Les deux amies éclatèrent de rire et Groââh grogna. « En fait, ce serait bien. » Nota Niemand. « Peut-être que c'est lui que je devrais embrasser pour qu'il reprenne sa forme de prince. »
- Fais lui prendre un bain avant. » Grimaça la cuisinière.

Au mot « bain », l'ourson bondit et alla se cacher dans un coin, sous l'air désabusé des jeunes femmes. Le silence retomba, agréable. Niemand jouait avec une petite cuillère, fascinée qu'elle tourne sous l'impulsion de deux de ses doigts. « Tu ne devrais pas prendre tout ça trop à coeur. » Lâcha finalement Akamyss. « C'est vrai, non ? La discussion est le remède aux problèmes, quels qu'ils soient. »
- Je ne prends pas les choses à cœur. » Nia sa camarade avec mauvaise foi. « Et puis je discute, dis ! »
- Avec Groââh, ou avec moi. Mais jamais avec les concernés. » Nota Akamyss. « C'est stupide. Groââh et moi on a pas les réponses que tu attends et on ne peut pas faire des choix à ta place, malgré ce que tu as l'air de penser. »
- Hm. » Niemand stoppa les mouvement de la cuillère et la pris dans sa main, la tordant volontairement. « Bien sûr. Oui. »

Akamyss regarda la cuillère prendre une forme étrange, massacrée par son amie. « Elle ne t'a rien fait, cette cuillère. »
- Tu vas voir. » Souffla Niemand.

La Valkyrie à couettes reposa la cuillères repliée sur elle-même, dans une sorte d'arrondi, et lui donna une impulsion. Akamyss ne put qu'ouvrir la bouche, stupéfaite, en voyant la chose prendre de la vitesse et se transformer en une toupie.

- Parfois, il faut améliorer un concept. » Chuchota Niemand. « Et pour améliorer ce concept, il faut agir sur l'objet lui-même. »
- Modifier l'objet pour qu'il tourne mieux...? » La cuisinière fronça les sourcils. « Je veux bien mais... »
- Avec les êtres vivants, cela doit fonctionner aussi. De même qu'avec les situations. Il faut juste trouver comment les remanier. »
- Nie... »
- Qu'est-ce qu'il y a ? » La Valkyrie semblait étonnée de ne pas susciter le moindre engouement chez sa meilleure amie. « Regarde, elle tourne ! »
- Je vois bien qu'elle tourne. » Ricana Akamyss. « Mais ce que je vois aussi, c'est qu'en tant que cuillère, elle est inutilisable. Modifier un objet pour lui faire prendre une fonction qui n'est pas la sienne c'est peut-être alléchant mais... s'il perds sa fonction première, qu'est-ce que ça t'apporte ? »
- En effet. » Nie fit la moue et jeta la cuillère tordue sur Groââh. « Aucun intérêt. Sur les êtres vivants, du moins. »

Akamyss se leva, pensive, et revint avec une autre cuillère et une moitié de noix de coco vide. Niemand la regarda faire sans comprendre. « Regarde. »

Avec un sourire, Akamyss plaça la cuillère dans la noix de coco puis donna une impulsion au tout. Et la noix tourna. Et à l'intérieur, la cuillère sembla danser aussi. « Rien n'empêche d'associer deux objets pour obtenir un résultat, ceci sans altérer l'un ou l'autre. La cuillère a besoin d'un support, d'un peu d'aide, pour tourner avec grâce. »

Niemand applaudit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niemand

avatar

Messages : 165
Date d'inscription : 28/08/2010
Age : 29
Localisation : Probablement perdue quelque part...

MessageSujet: Re: Niemand (dite Myan) - Valkyrie Déchue   Lun 6 Déc - 15:50

Notre plus grande aventure !


Elles partiraient le lendemain, ou peut-être le surlendemain si Akamyss arrivait encore à repousser l'échéance. Niemand s'agitait, préparant les derniers bagages pour ce qu'elle appelait « leur plus grande aventure ».

Elle s'apprêtait à combattre des centaures.

Et pour cela, Niemand disait que la présence d'Akamyss serait essentielle. Pour la reconnaissance d'Odin, pour lui prouver son courage et sa foi en lui, pour accomplir quelque chose de grand, le surprendre et se démarquer. Autant de faux prétextes pour quelque chose que la cuisinière n'arrivait pas encore à comprendre, doutant être le témoin idéal.

Niemand s'apprêtait à partir à l'assaut de l'autel mystique. Et quand Akamyss, peu crédule, lui indiquait qu'elle perdait la tête à vouloir aller seule là-bas, Niemand lui répondait avec un sourire qu'elle n'y allait pas seule, non, puisqu'elle y allait avec Groââh et la cuisinière.

Elle voulait défier les « grandes statues, les gardiens de l'entrée ». Renseignée, Akamyss savait... Niemand n'avait aucune chance. Et pourtant, la Valkyrie ne semblait pas soucieuse, presque pressée de baigner dans son propre sang divin, déroutée en un quart de seconde par une puissance la dépassant. Akamyss avait avancé qu'elle ne pourrait pas l'aider, qu'elle était trop inexpérimentée et que sa magie ne lui servait qu'à allumer le feu sous le chaudron de soupe, qu'elle ne savait pas soigner, qu'elle avait peur d'une telle folie. Mais Niemand la rassurait toujours, répondant qu'elle ne souhaitait pas la voir combattre, qu'elle comptait sur elle pour se mettre à l'abri et simplement ouvrir grand les yeux pour narrer plus tard cette aventure. Qu'elles ne risquaient rien.

Il allait faire froid, là-bas, avait alors avancé la cuisinière. Mais souriante, comme figée dans son humeur joyeuse, Niemand lui avait tendu un lourd manteau en poil de loup et un couvre-chef adapté. Elle avait pensé à tout. Même à confier à la cuisinière une pierre magique de rappel.

Akamyss ne pouvait se défiler... Quand bien même elle le ferait, Niemand partirait avec Groââh. Et au nom de son amour pour Niemand elle ne pouvait s'y résoudre.

¤
Ce soir là, Akamyss se coucha encore avec l'espoir fou que le lendemain sa meilleure amie ait abandonné l'idée de leur expédition. Qu'elle en vienne à se moquer de la reconnaissance d'Odin. A la place, Akamyss eut droit à une surprise de taille. Réveillée par une étrange caresse sur son visage, la cuisinière papillonna des yeux, cherchant la source du dérangement. Ses yeux voilés de fatigue distinguèrent d'abord des plumes, étincelantes, frôlant son nez au rythme d'une respiration.

Elle ne réveilla pas la Valkyrie à couettes, incertaine, fascinée par le mouvement des ailes et la position de Groââh. L'ourson avait grimpé sur le lit et se frottait aux ailes, bienheureux, s'en servant comme d'un duvet. Elle pensa rêver, imagina que son esprit était fatigué et espérait trop fort des choses qui n'existaient pas. Elle se persuada qu'elle devait se rendormir mais -sous ses paupières closes- de lumineuses plumes dansèrent encore des heures durant.

¤

Quand au petit matin la cuisinière émergea, l'incompréhension la saisit. Niemand s'affairait déjà autour de la table, chantonnant doucement.

Pas de traces du mirage. Aucune plume. Rien.

Pensive, Akamyss s'attabla avec son amie, acceptant de se faire servir. La gaieté de Niemand la fit sourire. Celle-ci babillait, excitée comme une puce à l'idée qu'elles voyagent enfin toute les deux. L'image furtive de deux ailes blanches la hantait pourtant. Elle avait rêvé. Comment aurait-il pu en être autrement ? « Notre grande aventure » répétait Niemand en dansant à moitié. « Notre grande aventure » chantonnait la Valkyrie en la serrant dans ses bras. « Notre plus grande aventure, Groââh. » Soufflait-elle à son ourson, un sourire doux gagnant ses traits.

Et Niemand lui distribuait de l'amour, encore et encore, partageant des sourires, l'invitant à danser, la serrant dans des étreintes, l'habillant de jolies habits, laissant son rire enfantin résonner dans la maisonnette. Comme si elle voulait tout lui donner maintenant. Comme si elle pensait qu'elle pourrait éclairer sa vie pour toujours en une demi-journée d'attentions incessantes – de joie et de bonheur.

Et les plumes dansaient encore dans l'esprit de la cuisinière, accrochées à ses pupilles. Se pouvait-il...? Niemand avait-elle le pouvoir de nier la reconnaissance d'Odin, inconsciemment ? De se punir elle-même en refusant un présent tel que celui-ci ? Akamyss secoua la tête. Tout semblait possible avec sa meilleure amie, mais il devait y avoir des limites.

Elle avait rêvé.


De même, le sentiment que Niemand agissait comme si elles ne se reverraient bientôt plus jamais ne pouvait être que factice. L'excursion devait trop l'inquiéter. Elle fabulait. Elle avait toujours eu trop d'imagination, se résonna la cuisinière.

« Sir Mercurochroum et moi, on a imaginé comment faire croire à ma mort. » Le souvenir résonna dans l'esprit d'Akamyss alors qu'elle portait sa tasse à ses lèvres. « Mais ce n'est pas possible. C'était une idée vraiment tordue, non ? On ne peut pas faire croire à ma mort, et puis, c'est tellement lâche. Je suis plus courageuse que ça quand même. »

Akamyss inspira brusquement. « ...on a imaginé comment faire croire à ma mort. » Une pensée absurde la traversa. D'autres mots résonnèrent dans son esprit. « C'est important pour moi que toi et Groââh vous veniez avec moi. »

« On ne peut pas faire croire... »

« C'est important pour moi que toi et Groââh... »

« Notre plus grande aventure. »

« Tu pourras narrer plus tard cette aventure Aka' ! »

Akamyss posa sa tasse, peu consciente de la brutalité avec laquelle elle avait accomplie son geste et rit tout bas de ses propres idées tordues. Qu'imaginait-elle exactement ? Que Niemand partait volontairement à la mort, sans penser un seul instant qu'elle en reviendrait ? Qu'elle lui avait demandé de venir avec elle simplement parce qu'elle voulait que son ourson et son amie d'enfance marchent à ses côtés jusqu'à la fin ? La cuisinière éclata de rire et sa camarade haussa un sourcil surpris. C'était tellement absurde !

« Sir Mercurochroum et moi, on a imaginé comment faire croire à ma mort. »

Son rire se coinça dans sa gorge. Il fallait un témoin. Si quelqu'un la voyait succomber face à une puissance colossale, alors son plan fonctionnerait. Et si elle résistait, alors... elle aurait la reconnaissance d'Odin.

- N'importe quoi... qu'est-ce que je vais m'imaginer... » Souffla la cuisinière.

- Ne t'inquiètes pas comme ça. » Rassura la valkyrie en lui ébouriffant les cheveux. « Je t'ai dis que ça ne risquait rien. Tu sais bien que je suis une Valkyrie, non ? »

Le temps d'un sourire et Akamyss fut convaincue. Mais pas pour autant rassurée. Les centaures lui faisaient toujours aussi peur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niemand

avatar

Messages : 165
Date d'inscription : 28/08/2010
Age : 29
Localisation : Probablement perdue quelque part...

MessageSujet: Re: Niemand (dite Myan) - Valkyrie Déchue   Ven 17 Déc - 20:43

Échange d'Akamyss à la mère de Niemand

Citation :
Madame,

Je vous tiens aux nouvelles comme vous le souhaitiez, puisque je sais pertinemment que Niemand ne vous écrira jamais rien qui puisse vous inquiéter. J'ai à l'esprit vos doutes lorsque nous sommes parties, elle si folle de joie à l'idée de s'aventurer hors des sentiers battus et moi si effrayée par le simple fait d'imaginer tous ces monstres rôdant sur notre chemin.

Aujourd'hui, ma lettre ne sera pas différente des précédentes et j'ose croire que vous me pardonnerez de ne savoir enjoliver la réalité. Le souvenir de l'attaque de Berfast me hante jours et nuits alors que je vois votre fille fixer le vide durant des heures, absorbée par je ne sais quelles obscures réflexions. J'ai ouïe dire qu'elle était encore tombé pour un bellâtre qui ne lui offrira rien et lui fera miroiter tout. Et mon oreille a traînée du côté des qu'en-disait-on de son clan, mais sans grands succès.

Je ne sais ce qu'il se passe, le clan est silencieux et votre fille figée dans la contemplation béate d'un point imaginaire... Il est temps.

Bien à vous,

Akamyss

//

Citation :
Mon enfant,

Je ne sais s'il est temps... crois moi sur parole, j'aimerais que le moment soit arrivé qu'elle rentre à la maison et je ne rêve que de pouvoir me ré-approprier la chaire de ma chaire. Mais je sais aussi que si je vais la chercher trop tôt, je la perdrais. Que doit faire une mère dans ce cas-ci ?

Tu m'as parlé d'un bellâtre ? Dis m'en plus. Ne s'était-elle pas déjà entichée d'un fameux prêtre à la coiffure étrange ? Son engouement pour lui transcendait les rares missives qu'elle m'envoyait si mes souvenirs ne me font défaut.

Que fait-elle qui t'inquiète autant ? Bouge t-elle encore ou bien penses-tu qu'elle a perdu la raison ?

A. Blenks

//

Citation :
Madame,

En de rares occasions ces jours-ci, je l'ai vu s'affairer et courir dans tous les sens, comme nous en avons l'habitude. Mais ces instants volages sont entrecoupés de silences pesants et de sa posture repliée. En réalité, votre fille s'enferme volontairement dans ses appartements et j'ignore ce qu'elle y fait. J'ai collé mon oreille à la porte – par curiosité et doute- mais seul le silence s'en élevait. A plusieurs reprises, il m'a semblé la voir entourée d'un cocon de plumes, figée au milieu de la pièce, et j'ai eu peur qu'elle n'ait cessé de respirer pour hiberner.

Je sais qu'il est temps. Vous avez usé des bons mots, elle perds la raison. Ce n'est pas tant qu'elle s'énerve... mais qu'elle ne bouge plus. Son ourson a vomi sur mon parquet ce matin, ce qui semble indiquer qu'elle a renoncé à le nourrir... Je sais qu'elle n'est pas une tortionnaire... et vous savez l'affection qu'elle a pour sa bestiole. Que peut-elle faire sinon perdre la raison ? Et que suis-je censée faire, sinon nourrir son ours quand j'en ai l'occasion. Je soupçonne qu'elle ne se nourrisse pas non plus... je ne peux l'imaginer manger devant Groââh sans partager – ou sans tout lui donner !

S'il vous plait, il est temps que nous rentrions...

Akamyss

//

Citation :
Akamyss,

Tu sais que je vous attends... Ton père a décidé de vous rejoindre à Logar pour vous prendre toutes deux en charge. Il sera là dans quelques journées si son voyage se déroule bien – mais il tombe quelques flocons par delà la montagne, dit-on.

Tu n'as pas répondu à mes questions à propos du bellâtre, cachotière. J'en attends des détails et des explications !

A. B.

//

Citation :
Dame Blenks,

J'ai cru comprendre que le prêtre dont elle vous a parlé n'avait pas d'yeux que pour votre fille et qu'il a été désapprouvé par le clan Valkyrie. Je ne saisis pas bien pourquoi il a fallut qu'elle attende si longtemps pour une réponse aussi dépourvue d'âme... mais je peux vous assurer qu'elle en a été fortement affectée. Heureusement, son amour semblait s'être tari ou atténué au fil du temps – surement en raison de son obsession pour ce dieu père qu'elle revendique.

Quoi qu'il en soit... la fascination l'a gagné quand son regard s'est posé sur un autre homme, mais elle m'en parle peu. Je vous l'ai dis... parler n'est pas ce qu'elle fait de mieux ces derniers temps et nos discussions se limitent à des échanges sans intérêt. Mais d'une manière générale... je suppose que Niemand se sera fatiguée de parler dans le vide et d'être éternellement punie, d'où son silence.

J'ai préparé nos affaires.

Akamyss

//

Citation :
Akamyss,

Le cœur de ma fille ne tarit pas, il ne s'agit pas d'une source.

A.B.

//
Citation :

Madame,
Je pensais que la joie de Niemand ne pouvait pas non plus disparaître. Et pourtant...

Mon père a envoyé un courrier depuis un bourg où il fait escale. Il sera là dans quelques autres longs jours.

Akamyss
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niemand

avatar

Messages : 165
Date d'inscription : 28/08/2010
Age : 29
Localisation : Probablement perdue quelque part...

MessageSujet: Re: Niemand (dite Myan) - Valkyrie Déchue   Dim 19 Déc - 11:15

Ah - ah - ah !



Elle lui avait ri au nez. Lorsque Sire Flitch avait atteint Logar pour enfin récupérer sa fille et Niemand, on ne pouvait pas dire qu'il s'attendait à cela. Le monstre à couettes l'avait fixé, analysant visiblement ses mots et avait éclaté bruyamment de rire.

Elle riait encore. Joe Flitch avait posé ses bagages à l'entrée de chez Akamyss, s'était assis sur l'une des chaises en bois disposée autour de la table massive. Et Niemand continuait de rire.

Une brusque envie d'assommer le monstre à couettes saisit l'homme. Il venait de parcourir des lieux, sous la neige pour elle et elle osait lui rire au nez sans retenue, indifférente à ce qu'il avait subi pour arriver à Logar. Son regard courroucé se posa une énième fois sur les ailes de l'enfant, maintenues par nombre de bandages et cette envie de la corriger recula lentement.

Elle riait de lui, les ailes à moitié arrachées, suintantes. Inexplicablement fière. Hilare à l'idée qu'il soit venu la ramener à la maison une bonne fois pour toute.

- Je suis ravie que cela t'amuse. » Souffla Joe Flitch en glissant un regard vers sa propre fille. Akamyss retenait un sourire amusé et baissa la tête -prise en faute- face à l'œil attentif de son père.
- Vous venez de dire que vous étiez ici parce que ma pauvre mère souhaitait que je revienne à Berfast. » Nota Niemand en se calmant enfin. Ou presque. « Bien sûr, que c'est amusant ! »
- Au vu de l'état des... choses que tu as dans le dos mon enfant, je ne pense pas qu'elle ait tort quant au fait que tu es resté trop longtemps loin de chez nous. » Joe Flitch croisa les bras. « Mais peut-être est-ce une illusion d'optique. »

Akamyss toussota et fila rapidement préparer du thé, fuyant la réponse de son amie.

- Mes 'choses' ne sont comme ça que parce que j'ai fais l'erreur de ne pas les protéger. » Niemand ne riait plus. « Je suis un chevalier, vous n'allez pas me faire croire que ma mère désire me rapatrier parce que j'ai pris trop de coups... c'est l'emploi même d'un chevalier d'encaisser ! »

Joe ferma les yeux, se poussant à la sérénité, saluant mentalement le thé chaud que sa fille glissa devant lui. Akamyss posa une main sur son épaule, réconfortante.

- Tu t'enfermes chez toi. Groââh vomi sur mon parquet. » Lista doucement la cuisinière. « Et voilà que tu te pointes avec les ailes arrachées, tellement recouverte de plaies que même ton stupide ourson ne sait plus laquelle commencer à lécher. »

Niemand tapa du pieds. « Et quoi, ça ne fait pas de moi quelqu'un qui a perdu la raison et qui doit retourner auprès de sa maman. »

Un silence s'installa.

- Groââh a vomi parce qu'il a trop mangé, à l'approche des fêtes les gens le gavent de n'importe quoi. Je ne suis pas une tortionnaire. » Soupira la 'valkyrie'. « Et si je m'enferme, c'est pour réfléchir. »

Joe eut un sourire ironique et sa fille se tapa le front. « Réfléchir ? Toi ? »
- Vous êtes au courant que ça m'arrive, hein ? »

Visiblement pas. Joe leva les yeux au ciel. « Pardonne nous le choc, à quoi peux-tu bien réfléchir enfermée chez toi des heures durant ? »

Le monstre à couettes se racla la gorge. « A l'avenir. Le mien va être plutôt long, alors je planifie quelques centaines d'années dès aujourd'hui. »
Akamyss gloussa et son père haussa un sourcil, sceptique. « Et qu'as-tu planifié ? »

- De reprendre mon destin en main et d'arracher la tête de tous ceux qui se mettront sur mon chemin. » Répondit sérieusement la dragonne aux cheveux de feu. « Il m'a fallut beaucoup de temps pour choisir de la direction que prendrait mon combat pour Odin, et la manière dont j'agirais en son nom désormais, sans plus baisser la tête ou accepter de qui que ce soit d'être humiliée. »
- Je croyais qu'elle était déstabilisée, perdue, ou je ne sais quoi. » Glissa Joe à sa fille, ennuyé.
- Moi aussi. » Grogna Akamyss, ne sachant plus où se mettre.
- Vous direz à ma mère qu'il y a d'autres moyens de m'inviter pour les fêtes. » Continua Niemand. « Vous envoyer venir me chercher en vous racontant que je serais devenue folle... »

Le père et la fille échangèrent un regard, perdus. La dragonne à couettes soupira face à leur air abattu. « Je suis libérée de toute obligation désormais... et en convalescence... alors... Que diriez-vous d'aller à la fête de Varanas tous les trois ? »
- Quatre. » Rectifia Akamyss. « Tu as oublié Groââh. »
- Monsieur Flitch ? »

L'homme les observa en silence quelques secondes, pensif, et opina finalement. « Réfléchis quand même, je regretterais de ne rien ramener à ta mère après un si long voyage. »
- Nous lui achèterons des chocolats. »

Joe Flitch grinça des dents mais ne répondit rien et sa main se retint d'aller étrangler le monstre à couettes qui manquait tant à Berfast, ce bourg de masochistes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niemand

avatar

Messages : 165
Date d'inscription : 28/08/2010
Age : 29
Localisation : Probablement perdue quelque part...

MessageSujet: Re: Niemand (dite Myan) - Valkyrie Déchue   Lun 20 Déc - 11:33

Petite interlude : ce à quoi ressemblait une correspondance entre Akamyss et Niemand
(*retrouve de ces trucs sur son ordinateur*)


Citation :
Chère Akamyss,

Je ne doute pas un seul instant du nombre d'affaires qui t'occupent mais je suis sûre que tu trouveras le temps de répondre à ma missive. (Entre deux siestes par exemple ?)

Autari et moi-même avons à nouveau besoin de tes services, nos capacités souffrant du froid et nos réserves de nourriture s'épuisant considérablement. Malgré le peu de qualité gustative de la plupart de tes mets, il nous apparaît que nous n'avons plus d'autre choix que d'en quémander quelques uns.

Merci de nous faire profiter au plus vite de ton manque de talent et de prendre note que mes couettes ne sont pas « de minables choses pendantes accrochées à ma tête de décérébrée. »

Niemand

//

Citation :
Niemand,

Si cela peut m'épargner une autre missive aussi tordue, je prends sur moi de retirer ce que j'ai dis à propos de tes adorables couettes, qui ne pendent certainement pas, non non. Mon manque de talent est d'ors et déjà à l'œuvre, ma bourse vient de perdre pas mal de volume, par ailleurs. Tu permets que je joigne la note à ma réponse hein ?

Au passage, malotrue décérébrée, personne ne t'a appris, dans ton clan adoré, à donner et demander des nouvelles ?

Akamyss la talentueuse

PS : Je t'ai envoyé un tonnelet de l'alcool le plus fort que j'ai trouvé à Logar, pour « vos (pauvres) capacités qui souffrent du froid ».
PS 2 : Mon père te salue et promet à tes chères fesses un bottage bien mérité.

Je n'ai pas oublié : tu me dois 20 000 pièces d'or. Ne fais pas semblant d'être ruinée, je sais très bien que tu payes les plus belles armures à Auta, donc tu peux même me rajouter des intérêts.

//

Citation :
Aka,

Les épices ajoutées à tes plats, est-ce que c'était bien mérité, ça ? Autari a vidé le tonnelet en une seule fois, je te tiens responsable de son effroyable état ! Et puis d'abord, tu as oublié le fromage, alors je passe sur les intérêts !

Ma puce, crois-bien que je garderais mes fesses et mes couettes à l'abri de ton paternel ! Je refuse qu'il me tire les cheveux ou les oreilles pour me punir de mon langage ! Ahah ! D'ailleurs, qu'est-ce qu'il fait avec toi à Logar ? Il plante des fleurs ?

Je connais la politesse, ne t'inquiète pas, comment vas-tu ? Les fleurs que je t'ai envoyé te plaisent ? Mon ourson chéri a bavé dessus, mais il paraît que ça favorise leur croissance.

Amicalement,
Nie', la meilleure des meilleures !

//

Citation :
Nie',

Je la retiens celle-là. Pauvre Valkyrie hyperactive et intenable ! Je me demande comment elles résistent à l'envie de te museler !

Mon père s'occupe du commerce et de sa fille chérie, que crois-tu ? Donc oui, Nie-chou, il plante des fleurs, et moi, je te fais du fromage. Au fait, tu as toujours ton bouclier en forme de cœur ? Parce que je viens de trouver une épée rose, pour compléter ta panoplie !

Sérieusement, sois prudente, quelles que soit le fameux clan dont tu es entourée, je doute qu'il puisse te sauver de tes propres bêtises. Et n'oublie pas : ne bouscule aucun loup-garou, sois calme, gentille, fais attention, ne cours pas dans tous les sens, tais-toi, attache tes cheveux, ne te traînes pas dans la boue et surtout ne casse rien, surtout pas les dents d'Autari.

Ironiquement,
Aka, qui s'est essuyée les mains sur cette lettre.

//
Citation :

Aka,

Raté, j'avais mes gants en allant chercher ton courrier. Retente ta chance ?

PS : Merci pour le fromage, mais s'il te plait, je connais les règles par cœur... d'ailleurs, tu en as oublié quelques unes. Le bonjour à ton père !

Chevalière-ment,
Nie', ta meilleure amie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niemand

avatar

Messages : 165
Date d'inscription : 28/08/2010
Age : 29
Localisation : Probablement perdue quelque part...

MessageSujet: Re: Niemand (dite Myan) - Valkyrie Déchue   Mar 28 Déc - 15:12

Groââh ne sait pas lire, de toutes façons

Les effets de la dernière tisane se sont estompés. Niemand s'étire et Akamyss sifflote doucement, son regard en coin surveillant les gestes de sa meilleure amie. Si un geste lui déplaît, si une plume tombe, si un membre tremble, Akamyss versera une autre tisane et Niemand s'endormira à nouveau paisiblement. C'est ainsi que cela fonctionne désormais. Et malgré les mises en garde de Kalü, Akamyss ne renonce pas à son manège.

Niemand sort son journal et de quoi écrire, elle se mordille la lèvre et rédige la première phrase. La cuisinière se penche par dessus son épaule, sans gêne, et la regarde tracer les mots sur le papier. Ses sourcils se haussent mais elle garde le silence.

Citation :
C'est la dernière fois que je t'écris. Je l'espère, du moins. Écrire est une perte de temps important, surtout lorsque l'on ne s'adresse à personne.

Miss Coals m'avait dis qu'en écrivant, on comprendrait mieux mes sentiments. Notre maîtresse était une femme gentille à ses heures, et très attentive, malgré toutes les punitions qu'elle me donnait. Elle disait que mon esprit voltigeait, que je pensais beaucoup, et elle était curieuse de savoir ce que je ne disais pas. Je devrais peut-être lui envoyer tout ça, maintenant. Cela lui ferait plaisir. Mais non, en fait, non.

Si je ne veux plus écrire, c'est parce que cela ne sert à rien. Tu sais, malgré mes efforts, j'ai l'impression que personne n'a jamais ne serais-ce que touché du doigt qui j'étais. Et Akamyss n'a pas besoin de me lire pour me comprendre. Elle me connaît déjà sur le bout des doigts, avec tout ce temps que nous avons passé à nous apprivoiser, nous accompagner, nous soutenir et juste nous aimer.

Et Groââh ne sait pas lire, de toutes façons. Il ne connait que le langage des cuissots et des câlins.

Il y a des jours où j'ai songé que cela suffirait. Que mes mots emmêlés les aiderait à ne pas me rejeter. Mais les hommes comme les elfes préfèrent les dessins aux phrases, les mots savants aux sentiments. Évidemment, il y a des exceptions. Akamyss a accroché un tableau au dessus de son coffre, sur lequel elle dessine le visage de ces exceptions. Moi je ne sais pas dessiner. Il y a le sourire de Kalü, celui de Kurleen, le visage de Dame Hystryane – qu'elle a fait très droite, celui plus mystérieux de Juanmyrr, et elle a même dessiné Dame Waleria, mais je ne comprends pas très bien pourquoi. Enfin, au milieu, il y a Autari et Groââh, qui font un duo plus étonnant, et je crois que j'ai reconnu la silhouette de cette folle de sekekers en arrière plan, cette gamine qu'elle se coltine et qui n'est pas si méchante.

Voilà, j'ai terminé. J'aurais pu finir avec quelque chose de plus intéressant, j'en conviens, mais je l'ai dis, je n'ai plus envie. On a passé de bons moments ensemble, toi et moi, à nous remémorer des souvenirs et à essayer de trouver le « quelqu'un » que je voulais tant être. Merci d'avoir été là pour moi, journal.

Niemand

Elle pose sa plume et adresse un sourire amusé à Akamyss, laquelle lève les yeux au ciel. Niemand referme le journal, ferme les yeux, et dans un geste fluide le jette au milieu des flammes. Les deux le regardent ensuite brûler.

Quand Niemand sera sortie de la demeure, Akamyss récupèrera les restes et les cachera dans le double-fond de son coffre, par fétichisme. Et le journal trônera au chaud, au milieu de toutes les plumes qu'elle a déjà ramassé et caché là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niemand

avatar

Messages : 165
Date d'inscription : 28/08/2010
Age : 29
Localisation : Probablement perdue quelque part...

MessageSujet: Re: Niemand (dite Myan) - Valkyrie Déchue   Jeu 24 Fév - 20:44

Je peux te donner...

- Peut-être que je l'ai vraiment blessé. » La voix plaintive de Niemand résonne encore aux oreilles de la cuisinière. Akamyss a compté, cela fait cinq fois que la valkyrie à couettes se répète. « Et si elle partait ? »

Akamyss serre les dents, une aiguille et du fil dans les mains, les yeux rivés sur son reflet. La balafre qui barre sa joue est profonde, brûlante et suinte. La cuisinière a l'impression d'être défigurée. Si seulement cela avait le mérite de ralentir les ardeurs de certains de ses clients de l'auberge.

- Bon, évidemment... Il vaut mieux que je ne fasse rien. Imaginons que je fasse encore quelque chose de mal, et que finalement, elle parte vraiment. » Continuait Niemand. « Oui, alors je sais ce que tu vas dire, la laisser en plan avec de fausses idées, ce n'est pas très... »

L'aiguille s'approche de la joue, la grimace se fait plus franche sur le visage d'Akamyss, la voix cesse de palabrer. Un silence, l'aiguille en suspends dans les airs semble plus menaçante que jamais. Une main fine s'empare de l'objet, doucement, une autre vient caresser le dos de la cuisinière, réconfortante. « Aka, je t'ai dis que Dame Theris pourrait peut-être regarder ça. »

- Ah, non merci ! » Refuse la cuisinière, son regard déviant sur Niemand, laquelle la fixe avec attention. « Je n'y arrive pas avec tes sœurs, Nie', elles sont trop inquiétantes, surtout... » Un soupire, la cuisinière rosit. « Carøteuse va me soigner. »
- C'est sûr qu'une fois que la moitié de ton visage sera brûlé, cette vilaine plaie passera inaperçue. Je t'ai déjà dis ce que je pensais des soins de la petite ? » La Valkyrie affiche un sourire ironique. « On est pas certain d'être plus en forme après qu'avant... »

Les deux se défient du regard. La magie en Akamyss bouge, brûlante, inégalable. Elle ne lui appartient pas, elle fait mal, son être la rejette. Cette puissance qu'il lui a offerte avant de la marquer de sa lame... elle s'y refuse. Elle ne veut pas écrire l'histoire. Elle n'a aucun intérêt à changer le monde. Elle n'en rêve pas toutes les nuits. Elle refuse. Niemand fronce les sourcils à mesure qu'Akamyss se tends, lutte. Et dans un câlin, la cuisinière trouve une solution. Horrible. Détestable...

- Je sais comment te donner ce que le masque te donnait Nie'. » Souffle la cuisinière à son oreille.
La valkyrie à couettes hausse les sourcils, intriguée. « Ce masque me rendait mauvaise. »
- Je vais te donner juste la puissance, pour que tu changes le monde. Moi, il me fait trop mal Nie'. Si tu m'aimes vraiment... »
- Tout ce que tu veux Aka. » Murmure la Valkyrie en retour. « Tant que ça ne fait pas souffrir mon clan. Je n'ai plus ce droit. Je n'ai plus envie. »

La cuisinière desserre son étreinte et recule. Un sourire soulagé apparaît sur ses lèvres. « Il va falloir trouver un moyen... je dois te donner cette puissance, je suis trop faible pour elle, mais toi pas. Avec elle, tu changeras le monde, et sans elle, je redeviendrais ce que j'ai toujours été. Ta cuisinière attitrée... s'il te plait. Aide moi... »

_________________
Dite Myan.

¤ Si vous doutiez encore que le caractère du maître puisse avoir une influence sur son familier, regardez Groââh ! ¤
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolph

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 25/02/2011
Age : 41

MessageSujet: Re: Niemand (dite Myan) - Valkyrie Déchue   Mar 15 Mar - 8:50

(Juste complètement fan, continue!!!!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niemand

avatar

Messages : 165
Date d'inscription : 28/08/2010
Age : 29
Localisation : Probablement perdue quelque part...

MessageSujet: Re: Niemand (dite Myan) - Valkyrie Déchue   Lun 18 Avr - 9:35

Buvons un peu de tisane

Les yeux rivés sur le ventre rond de sa meilleure amie, Akamyss savourait sa victoire. Niemand était auprès d'elle. Le monstre à couettes l'avait choisie.

Nie était arrivée la veille, répondant à son invitation, quelques vêtements et bricoles sous le bras. La Valkyrie s'était installée, simplement, comme au bon vieux temps. Akamyss avait fait semblant de croire en la fausse joie que lui offrait sa meilleure amie alors que le manque semblait déjà si évident.

La cuisinière l'avait aidé à ranger ses affaires, lui avait offert un repas à base de tomates, lui avait signalé qu'elle n'avait rien changé à la décoration. Même pas la tête d'ours. Groââh avait immédiatement retrouvé ses marques.

Pour Akamyss, le bonheur, ce ne pouvait être que cela. Et plus grand serait-il encore lorsque l'enfant serait né et qu'elle en serait la marraine.

Le lendemain, pourtant, la cuisinière réalisa que Niemand ne participerait pas d'elle-même à son bonheur bien longtemps.

- Il faut que j'aille faire un tour au château. » Avait annoncé la Valkyrie à couettes. « Et puis... elle me manque. On pourrait se retrouver ce soir pour le dîner, qu'est-ce que tu en dis ? »
- Non. » La cuisinière s'était levée, les poings serrés. « Ne pars pas tout de suite, le soleil chauffe un peu trop... ce serait dangereux, si tu prenais une... insolation. »

Niemand l'avait observé avec confusion, voir méfiance quelques instants, puis avait accepté son argument en souriant gentiment.
« Buvons une tisane en attendant que la chaleur baisse. » avait proposé Akamyss. « Buvons une tisane toutes les deux, au calme. »

Quand Niemand s'était écroulée une demi-heure plus tard, étourdie, Akamyss l'avait accompagné se coucher, non sans une certaine culpabilité. Ses tisanes fonctionnaient toujours.

Il semblait difficile pour Akamyss d'exprimer comment elle en était arrivée là. A l'époque de la fondation des Inquisiteurs, Zalaniel lui avait promis sa propre taverne, une protection sans failles et qu'elle pourrait se contenter d'être « l'œil de l'inquisition ».

Zalaniel n'était plus là. Caroteuse passait son temps à voyager avec Autari, pour son apprentissage de la magie. Akamyss ne possédait toujours pas sa propre taverne, ne bénéficiait certainement pas d'une protection – en témoignait son enlèvement par le sombre Goraz, qui n'avait pas même été vengé. Le commandant Dolph semblait abonné aux lits d'infirmerie du clan Valkyrie. Personne ne s'avérait apte à lui confier des missions, alors Akamyss s'en inventait, faisant fi du fait qu'elle était toujours mise à pieds. Personne ne lui offrait de compagnie, surtout pas Niemand, occupée à tenter de comprendre ses écervelées de sœurs, alors...

Alors la cuisinière était seule.

Elle devait forcer le destin. Récupérer ce qui lui appartenait.

La cuisinière se mit devant les fourneaux et jeta un dernier regard à sa meilleure amie profondément endormie. Elle ne sortirait pas d'ici.

///

Niemand n'eut pas besoin de beaucoup de temps ni de tisanes pour saisir qu'elle allait avoir un problème. Elle n'était pas assez sotte pour ne pas comprendre qu'Akamyss prévoyait probablement de la droguer aussi longtemps que nécessaire, voir la séquestrait sous couvert de doux sourires et de délicieuses tomates. La Valkyrie aurait pu s'enfuir, si la vigilance de la cuisinière n'avait pas été si soutenue. La Valkyrie aurait pu appeler à l'aide, si cela n'impliquait pas qu'Akamyss encours le risque de se faire enfermer dans les geôles, ou simplement de se faire écraser le crâne.

Impuissante, Niemand se pliait à tous les souhaits de l'inquisitrice en mousse, au départ pour tenter de trouver une ouverture, puis au fil des heures pour obtenir le droit de sortir quelques minutes pour respirer, toujours accompagnée et jamais très loin. Le plus difficile semblait de ne pas s'agiter, de ne pas confronter la cuisinière.

- Allons, Nie', bois un peu de tisane, rien de mieux pour se calmer. Je ne comprends pas ce que tu vas imaginer... Nous sommes amies depuis l'enfance, non ? » La cuisinière s'était agenouillée pour caresser Groââh, l'air ailleurs. « Attention à ne pas manger l'un des produits mortels que j'ai sur mes étagères, mon gros, ce serait dramatique. N'est-ce pas Nie ? Que ce serait dramatique. Bois ta tisane, on sortira un peu tout à l'heure. »

Le plus difficile semblait de ne pas mener la cuisinière à lui faire ingurgiter ses tisanes venues des enfers, de rester suffisamment calme et souriante jusqu'à que la jeune femme soit raisonnable.

Entre deux tisanes, la Valkyrie espérait qu'elle aurait le temps de trouver une solution qui n'impliquerait pas l'empoisonnement de son ourson... ou de la cuisinière.

_________________
Dite Myan.

¤ Si vous doutiez encore que le caractère du maître puisse avoir une influence sur son familier, regardez Groââh ! ¤
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Niemand (dite Myan) - Valkyrie Déchue   

Revenir en haut Aller en bas
 
Niemand (dite Myan) - Valkyrie Déchue
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Valkyrie pour tournoi?
» Valkyrie n°506
» [JUSTICE/ARMEE] Loi du Talion (dite du n'oeil pour n'oeil, dent pour dent)
» Bombardier en approche
» dite bonjours a jade^^

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Archive des Valkyries (Runes of magic) :: Aux portes du Valhalla [ROLE PLAY OUVERT A TOUS] :: Présentation des personnages-
Sauter vers: